Accueil du site > Fiches des Films > LE JARDIN DE PAPA
LE JARDIN DE PAPA
Zeka Laplaine
Publié le : 2003

Un film de Zeka Laplaine 35mm, cou­leur ; 75 min, Congo (RDC). Sortie prévue au cou­rant du der­nier tri­mes­tre 2003






SYNOPSIS

Marie et Jean, un jeune couple de Français se ren­dent en voyage de noce en Afrique, où Jean est né. C’est la veille des élections et l’atmo­sphère est lourde. En plein quar­tier popu­laire, le chauf­feur de taxi qui les emmène en ville ren­verse un enfant. La voi­ture est immo­bi­li­sée. Pris de pani­que face à une foule exci­tée, le couple et le chauf­feur fuient…

A PROPOS DE L’HISTOIRE

Le Jardin de Papa, c’est ce pays en Afrique qu’un fils de colon va faire décou­vrir à son épouse.
Le Jardin de Papa, c’est ce même pays où un pré­si­dent, parce qu’il se dit "le père de la nation", s’octroie tous les droits au détri­ment de la popu­la­tion. Comme celui d’annu­ler arbi­trai­re­ment les élections ou un match de foot­ball.
Les époques ont changé, les pro­prié­tai­res du Jardin aussi. Mais les dif­fé­rents enfants vont se ren­contrer autour d’un acci­dent... Un acci­dent de la route, parce qu’il se passe dans un quar­tier popu­laire en Afrique, parce qu’il se déroule la veille d’élections et parce qu’il concerne des blancs et des noirs aura sa propre his­toire. C’est cette his­toire que je raconte.
L’acci­dent en lui-même est sym­bo­li­que. C’est l’acci­dent, la crise que chacun de nous peut ren­contrer à un moment de sa vie. Ce moment inat­tendu et vio­lent, face auquel on ne peut pas pré­voir nos réac­tions.
Dans "Le Jardin de Papa", les ins­tincts pri­mai­res sur­gis­sent. L’incons­cient col­lec­tif enva­hit les per­son­na­ges, leur passé les rat­trape, balayant sou­vent leur éducation et leur raison. Les visa­ges chan­gent d’appa­rence. L’amour s’estompe.
Ce jardin, loin d’être para­di­sia­que, pousse les acteurs au delà de leurs limi­tes habi­tuel­les. Ils en sor­ti­ront meur­tris ou gran­dis.
Zeka Laplaine

LE REALISATEUR

Zeka Laplaine est congo­lais (ex Zaïre). Après des études de ges­tion d’entre­prise à Rome, il choi­sit de deve­nir comé­dien. Il entre­prend donc pen­dant un an une for­ma­tion chez Parallax à Bruxelles. Pendant cette période, il tra­vaille au théâ­tre et écrit ses pre­miers scé­na­rios. De retour à Rome, il tra­vaille comme assis­tant réa­li­sa­teur auprès de Roger Vadim dans "SAFARI", une pro­duc­tion ita­lienne. Il conti­nue d’écrire, à défaut de jouer. En 1989 il s’ins­talle à Paris et tra­vaille avec Jack Garfein de l’Actor’s Studio, la direc­tion d’acteurs. Il obtient des rôles au cinéma et à la télé­vi­sion, et conti­nue comme assis­tant réa­li­sa­teur sur quel­ques filmsC’est en 1996 qu’il réa­lise son pre­mier long métrage de fic­tion, "MACADAM TRIBU" pré­senté à la quin­zaine des réa­li­sa­teurs à Cannes. Ce film obtient plu­sieurs prix dans des fes­ti­vals inter­na­tio­naux dont celui du meilleur réa­li­sa­teur au fes­ti­val d’Afrique Australe (SAFF). La même année, il réa­lise "LE CLANDESTIN", un court métrage de 15 minu­tes, qui fait partie d’un projet de long métrage en sept épisodes. En 1998, un spot publi­ci­taire dif­fusé sur les chaî­nes fran­çai­ses. "PARIS : XY"(2001), est son second long métrage. - La Gamine / Hervé Pallud - Terre Lointaine / Walter Salles - Monsanto / Rui Guerra - Ainsi meur­rent les anges / Moussa Sene Absa - Douxième Round / Joseph Kumbela

FICHE TECHNIQUE

Réalisation et scé­na­rio : Zeka Laplaine
Avec : Rim Turki, Laurent Labasse, Princesse Erika
Image : Jean-Marc Bouzou
Son : Alioune M’Bow, Ferdinand Bouchara
Montage : Marie-Hélène Mora, Fanny Ficheux
Décors : Moustapha Picasso N’diaye
Musique : Gilles Fournier
Production : les his­toi­res weba

Les films de Zeka Laplaine :
Les autres films
1
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75