Accueil du site > Fiches des Films > Live at the Shrine
Live at the Shrine
Raphaël Frydman
Publié le : mardi 7 février 2006

Un Live / Documentaire de Raphaël Frydman, DVD






SYNOPSIS

Réalisé par Raphaël Frydman (Babylone’s Fever / Manu Chao), ce docu­men­taire mêle cap­ta­tion live et scènes docu­men­tai­res autour de Femi Kuti, du Shrine et de l’atmo­sphère de Lagos.

A PROPOS DU FILM
Le temple de la démo­cra­tie
Du Shrine de Fela à l’Africa Shrine de Femi, salle de concert la nuit, centre d’aide sociale le jour, lieu de vie, d’ins­truc­tion poli­ti­que, le Shrine reste le théâ­tre où se mêlent la cons­cience à l’oubli, les mots à la musi­que.

Un an et demi après la des­truc­tion du Shrine, le mythi­que club où Fela accom­pa­gna de ses brû­lots cui­vrés la des­cente aux enfers poli­tico-économique de la sep­tième puis­sance pétro­lière mon­diale, son fils aîné, Femi, concré­tise un rêve pour­tant risqué : faire d’un entre­pôt à la pein­ture encore fraî­che le nou­veau temple de la pro­test-song nigé­riane.
Le Shrine ori­gi­nel de Pebble Street est mort, trans­formé en une de ces églises évangéliques que Fela ne cessa de dénon­cer de son vivant.

Sur une scène tout juste montée, sous les por­traits des chan­tres du pana­fri­ca­nisme et des héros du Black Power, l’Afrique assiste à la renais­sance du phénix de l’afro­beat.
La fédé­ra­tion nigé­riane, qui vient juste de renouer avec un régime civil après seize ter­ri­bles années de dic­ta­ture galon­née, vient de trou­ver sa nou­velle caisse de réso­nance (et de rai­son­ne­ment), un nou­veau temple, où, d’ailleurs, un autel est dédié à la mémoire de l’homme qui por­tait la mort dans son car­quois.

L’Africa Shrine de Femi est plus vaste, plus ouvert. On y vit des nuits d’extase sonore pour plon­ger corps et âme dans la fièvre des concerts du diman­che soir, les Sunday Jumps, véri­ta­bles défou­loirs dans lequel une partie des 13 mil­lions d’habi­tants de Lagos vient oublier sa détresse.

CRITIQUE

Un film ouvre pour la pre­mière fois, les portes d’un lieu mythi­que, le Shrine à Lagos au Nigéria. Chaque diman­che Femi Kuti, digne des­cen­dant de son père Fela donne un concert, atti­rant les foules nigé­ria­nes de toute la région. La salle devient le temps d’un soir le lieu de cathar­sis de tout un peuple opprimé par un pou­voir cor­rompu. Les joutes orales de Femi, ses chan­sons enga­gées dénon­çant le chaos poli­ti­que pro­vo­que des émeutes dans la salle d’une vio­lence lais­sant appa­raî­tre la ten­sion dans laquelle vivent les Nigérians.

Reprenant le flam­beau de son père, Femi Kuti est devenu le porte parole de son peuple. Bravant les mena­ces, on décou­vre dans ce docu­men­taire, un homme engagé envers et contre tout avec la musi­que pour unique arme. Un por­trait en fili­grane où l’homme se dévoile der­rière le chan­teur.

Le film pri­vi­lé­gie les extraits musi­caux au détri­ment des inter­views trop rares. Petite frus­tra­tion qu’il faut com­bler en allant les cher­cher dans les bonus du DVD.

Isabelle Audin
Clap Noir

Les films de Raphaël Frydman :
Les autres films
1
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75