Fespaco, 25eme !
Publié le : mardi 24 janvier 2017
Tout le programme de la biennale 2017

Le programme de la 25eme édition du Festival panafricain du cinéma et de télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui se tiendra du 25 février au 4 mars prochain, a été dévoilé lors de la conférence de presse du 17 janvier 2017 à Paris.

Voir en ligne : Site du Fespaco

Le pré­si­dium de la confé­rence était com­posé (de gauche à droite sur la photo) du Président du comité d’orga­ni­sa­tion, Stanislas Méda, de l’Ambassadeur du Burkina Faso en France, Alain Gustave Francis Ilboudo, du minis­tre de la Culture, des Arts et du Tourisme bur­ki­nabé, Tahirou Barry ainsi que du délé­gué géné­ral du Fespaco, Ardiouma Soma.
La Côte d’Ivoire est l’invi­tée d’hon­neur de la 25e édi­tion, qui se tien­dra sous le thème : Formation et métiers du cinéma et de l’audio­vi­suel.
Tahirou Barry a jus­ti­fié le choix de la Côte d’Ivoire par la volonté com­mune de mettre en lumière le dyna­misme de l’indus­trie ivoi­rienne du cinéma et de l’audio­vi­suelle, et de s’en ins­pi­rer.

Le jury
Trois jurys ont été cons­ti­tués. Le jury de la com­pé­ti­tion des films de long métrage, com­posé de 7 mem­bres, sera pré­sidé par Nour Eddine Sail du Maroc, scé­na­riste, cri­ti­que de cinéma, ancien direc­teur du Centre Cinématographique Marocain (CCM) et créa­teur du fes­ti­val du film afri­cain de Khouribga.
Le jury des films court métrage et séries télé, com­posé de 5 mem­bres, sera pré­sidé par Issa Serge Coelo, cinéaste réa­li­sa­teur du Tchad, gérant du cinéma Normandie à N’Djaména.
Le jury des films docu­men­tai­res et films d’école com­posé de 5 mem­bres sera pré­sidé par Yaba Badoe, cinéaste réa­li­sa­trice du Ghana.

Une sélec­tion majo­ri­tai­re­ment fran­co­phone
« Les ins­crip­tions des films sont pas­sées de 760 films en 2015 à plus de 1 000 films en 2017, soit une aug­men­ta­tion d’un peu plus de 30% », a révélé Ardiouma Soma. Plus de 160 films sont rete­nus en sélec­tion offi­cielle dont 105 films en com­pé­ti­tion offi­cielle. « C’est un signe révé­la­teur du dyna­misme du cinéma et de l’audio­vi­suel dans plu­sieurs pays d’Afrique. »

JPEG - 42.5 ko
Ardiouma Soma

20 films concour­ront donc pour l’étalon d’or de Yennega. Ainsi, 15 natio­na­li­tés repré­sen­te­ront le conti­nent, majo­ri­tai­re­ment fran­co­pho­nes, dont 4 anglo­pho­nes et aucune luso­phone. A noter que le pays orga­ni­sa­teur compte pas moins de 3 films en com­pé­ti­tion. C’est aussi le retour du Niger, du Cameroun et de la Tanzanie dans la pres­ti­gieuse com­pé­ti­tion, force est de cons­ta­ter que le grand absent de cette édi­tion est le Nigéria. Ce à quoi le Délégué Général s’est fendu d’une réponse dont il a le secret : « Les cinéas­tes nigé­rians ont misé sur la ren­ta­bi­lité des pro­duc­tions au détri­ment de l’artis­ti­que. Contrairement à la Côte d’Ivoire, pays invité d’hon­neur, qui est en train de boos­ter son cinéma à tra­vers une poli­ti­que qui peut faire tache d’huile dans d’autres pays ». Comprenne qui pourra, sur­tout au regard de la qua­lité des films sélec­tion­nés lors de la Nollywoodweek à Paris.

Le pro­gramme
Pas de gran­des nou­veau­tés, les acti­vi­tés sont répar­ties en cinq volets. La sélec­tion offi­cielle des films, le Marché inter­na­tio­nal du cinéma et de l’audio­vi­suel, les ren­contres pro­fes­sion­nel­les, les céré­mo­nies évè­ne­men­tiel­les et le côté off du fes­ti­val.
L’accent sera aussi mis sur deux volets essen­tiels, à savoir la numé­ri­sa­tion et pro­jec­tion des films de la sélec­tion et la trans­for­ma­tion du MICA en un espace dyna­mi­que de ren­contres d’affai­res. On y trou­vera ainsi dif­fé­rents ser­vi­ces dont les ren­contres pro­fes­sion­nel­les avec le col­lo­que de la bien­nale, les ate­liers, les Master class, les espa­ces de ren­contres ainsi que la pos­si­bi­lité de vision­ner des œuvres ins­cri­tes au cata­lo­gue.
Cette année le côté off du fes­ti­val sera marqué par la créa­tion d’un vil­lage et l’ani­ma­tion « Akwaba » grâce au pays invité d’hon­neur, la Côte d’Ivoire. On y retrou­vera la foire arti­sa­nale, tou­ris­ti­que et gas­tro­no­mi­que, ainsi que des ani­ma­tions à tra­vers Ouagadougou.

Alpha Bondy à la céré­mo­nie d’ouver­ture
C’est le grand retour d’Alpha Blondy au Fespaco. Il avait enflammé le stade du 4 août lors de la céré­mo­nie d’ouver­ture en 1999, lorsqu’il s’adressa au pré­si­dent Blaise Compaoré, déclen­chant alors quel­ques émeu­tes hos­ti­les au pou­voir. Il dû inter­rom­pre son concert. Les fes­ti­va­liers auront le pri­vi­lège de retrou­ver la star ivoi­rienne à la céré­mo­nie d’ouver­ture du 25eme Fespaco, le 25 février 2017, au stade muni­ci­pal de Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75