Samba Traoré
Idrissa Ouedraogo
Publié le : mercredi 2 janvier 2019

Un film d’Idrissa Ouedraogo / Burkina Faso / France / Suisse, 1993, 85’
• Festival du Film de Berlin 1993 : Ours d’Argent
• Festival de Carthage 1992 : Tanit d’Argent

SYNOPSIS

Après avoir par­ti­cipé à un hold-up dans une sta­tion-ser­vice, Samba s’enfuit et retourne dans son vil­lage, la valise pleine de billets de banque. Là, il tente d’oublier son méfait et com­mence une vie nou­velle. Il épouse Saratou et ouvre le bar de ses rêves avec son ami Salif. Mais le vil­lage s’inter­roge sur l’ori­gine de ses moyens et quand Saratou doit partir accou­cher à la ville, Samba com­prend qu’il risque d’y être reconnu…

Critique
Idrissa Ouedraogo nous offre sa vision des êtres dans toute sa com­plexité et sa beauté, il met en scène un drame social à tra­vers le retour au pays et les retrou­vailles fami­lia­les. Ce film écrit comme une fable, pré­sente une allé­go­rie des réa­li­tés afri­cai­nes. A tra­vers les remords d’un homme déchiré par sa cons­cience, sachant que le meur­tre et le vol repré­sen­tent un inter­dit majeur. Un beau film d’Idrissa Ouedraogo for­te­ment ancré dans le réa­lisme social.
Juliette

LE REALISATEUR

Né au Burkina Faso, Idrissa Ouedraogo est diplômé de l’Institut afri­cain d’études ciné­ma­to­gra­phi­ques de Ouagadougou. C’est à Paris, à l’IDHEC, qu’il réus­sit à cana­li­ser ses apti­tu­des tech­ni­ques en un style ori­gi­nal. Après avoir réa­lisé plu­sieurs courts métra­ges salués par la cri­ti­que dans les années 1980, il met en scène son pre­mier long métrage, Yam Daabo, en 1987. Couronné par le prix Georges Sadoul, ce film pour­sui­vit sa car­rière dans divers fes­ti­vals et fut en par­ti­cu­lier sélec­tionné par la Semaine de la Critique de Cannes, en 1987. Ses deux films sui­vants, Yaaba (1989) et Tilai (1990) connu­rent un triom­phe inter­na­tio­nal, ce der­nier rem­por­tant le Grand Prix à Cannes en 1990 et l’étalon d’Or de Yennenga au Fespaco 1991. En 1992, Samba Traore rem­porta l’Ours d’Argent du fes­ti­val de Berlin et Le Cri du Coeur fut pro­jeté en com­pé­ti­tion offi­cielle au fes­ti­val de Venise en 1994. Le cinéaste nous a quitté en 2019 en lais­sant un héri­tage consi­dé­ra­ble à la ciné­ma­to­gra­phie du conti­nent afri­cain.

FICHE TECHNIQUE

  • Réalisation : Idrissa Ouedraogo
  • Scénario : Santiago Amigorena, Jacques Arhex, Idrissa Ouédraogo
  • Avec : Bakari Sangare, Mariam Kaba, Abdoulaye Komboudri et Irène Assembo
  • Image : Pierre-Laurent Chénieux, Mathieu Vadepied
  • Ingénieur son : Sabine Boss, Alix Comte
  • Montage : Joëlle Dufour
  • Production  : Films de la Plaine (France), Waka Films AG
  • Distribution France : Les films de la Plaine

Crédit photo : © Les films de la Plaine

Les autres films
1
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75