Royal Bonbon
Charles Najman
Publié le : 2002

un film de Charles Najman.






SYNOPSIS Au Cap-Haïtien, un fou errant dans les rues se prend pour le roi Christophe, ancien esclave et libé­ra­teur d’Haïti en 1804. Chassé de la ville, le "roi Chacha", comme on le sur­nomme, se réfu­gie dans les ruines gran­dio­ses du châ­teau Sans Souci en com­pa­gnie d’un jeune gamin, Thimothée, qu’il a pris sous sa pro­tec­tion. Là, il recons­ti­tue une cour de paco­tille et règne par l’absurde dans le palais Sans Souci.

LE FILM

Royal bonbon est le lau­réat du Prix Jean Vigo 2002, qui récom­pense une oeuvre pour son inno­va­tion et sa créa­ti­vité.

Le pre­mier film tourné à Haïti

Profondément ancré dans l’his­toire et la tra­di­tion haï­tienne, Royal bonbon est le pre­mier film de fic­tion à avoir été entiè­re­ment tourné en Haïti. Cette fic­tion est le résul­tat d’un impor­tant tra­vail docu­men­taire du réa­li­sa­teur Charles Najman en Haïti.

" Ce qui m’a fas­ciné en Haiti, c’est que la mémoire y est bloqué, figé sur 1804, l’année de sa nais­sance, de son indé­pen­dance. Cette révo­lu­tion anti-escla­va­giste est un acte inouï, incom­pa­ra­ble. Mais il y a un tel écart entre cette gran­deur du passé et la réa­lité de la vie des haï­tiens aujourd’hui que par­fois, ça rend fou les haï­tiens qui s’iden­ti­fient à leurs libé­ra­teurs… "

" Le film est tourné en grande partie dans le palais Sans Souci, édifié par le roi Christophe dans ce vil­lage de pay­sans qui fut la capi­tale du royaume. Détruit par­tiel­le­ment par un trem­ble­ment de terre cin­quante ans après la mort du roi Christophe, cette splen­deur déchue est aujourd’hui à ciel ouvert et ouvre natu­rel­le­ment les portes du rêve. " Charles Nanjman

FICHE TECHNIQUE

Scénario et Réalisation : Charles Najman
Avec Dominique Batraville , Verlus Delorme , Erol Josué , Ambroise Thomson, Anne-Louise Mesadieu
Image : Josée Deshaies
Son : Dimitri Médard, Laurent Bailly, Louis Gignac
Montage : Lise Beaulieu
Musique : Jean-François Pauvros
Production : Les Films du Requin
Distribution : Gémini Films

CRITIQUE

Rêve ou réa­lité, réa­lisme poé­ti­que ou magi­que ? Peu importe. C’est Haïti qui s’offre au spec­ta­teur, l’atten­dant à la veille de célé­brer le bicen­te­naire de son indé­pen­dance, Haïti qui fût le pre­mier Etat à s’émanciper du joug colo­nial.
Le roi Christophe, pre­mier des­pote de l’île Mackendal et le prêtre vaudou aux pou­voirs magi­ques méta­mor­phosé en papillon, nous invi­tent à décou­vrir l’âme haï­tienne avec com­plexité et ingé­nuité. L’irréa­lité des situa­tions, la pré­sence des acteurs, la diver­sité de la musi­que pas­sant des chants tra­di­tion­nels à Patty Smith sont appuyés par des pay­sa­ges à la fois étranges et beaux.
Les images lais­sent appa­raî­tre une lumière dif­fuse comme un petit matin bru­meux ou ora­geux comme une fin d’après midi au ciel gris plomb, cares­sant le châ­teau se dres­sant telle une cité perdue.
Un film sur­pre­nant, comme une longue rêve­rie. Une bouf­fée d’air Caraïbe, lourd et léger à la fois.
Laure Louvat

Les films de Charles Najman :
Les autres films
1
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75