Africa Paradis
Sylvestre Amoussou
Publié le : mardi 24 janvier 2006

Un film de Sylvestre Amoussou, Bénin France, 2006, 86’

SYNOPSIS

Dans un futur ima­gi­naire, l’Afrique est entrée dans une ère de grande pros­pé­rité, tandis que l’Europe a sombré dans la misère et le sous - déve­lop­pe­ment.
Olivier infor­ma­ti­cien sans tra­vail, vit avec Pauline, ins­ti­tu­trice elle aussi au chô­mage. Ils déci­dent d’immi­grer aux Etats-Unis d’Afrique où ils entrent clan­des­ti­ne­ment.
Ils com­men­cent alors une vie de sans papiers et décou­vri­ront les dures réa­li­tés de l’immi­gra­tion.

A PROPOS DU FILM

Vivant en France, j’ai pu cons­ta­ter à quel point l’inté­gra­tion dans un pays étran­ger même ami, peut-être dif­fi­cile sur tous les plans, aussi bien affec­tif que pro­fes­sion­nel. Et je me suis sou­vent demandé si ceux qui nous offrent l’hos­pi­ta­lité sont bien cons­cients des dif­fi­cultés que nous ren­controns.
Sans être un film poli­ti­que, le propos d’Africa Paradis est de poser des pro­blè­mes liés aux rap­ports entre Africains et Européens, de mettre les pro­jec­teurs sur le racisme, la xéno­pho­bie et l’into­lé­rance, tout cela sur un ton léger et avec le regard d’un jeune réa­li­sa­teur afri­cain vivant en France depuis vingt ans.

Charlotte Vermeil, Sylvestre Amoussou

LE REALISATEUR

Né en décem­bre 1964 au Bénin. Sylvestre Amoussou vit en France et a été avant tout un comé­dien de théâ­tre, de cinéma et de télé­vi­sion. On l’a vu à l’écran notam­ment dans Black Mic Mac 2, Elisa, Fantôme avec chauf­feur et Paris selon Moussa. En 1997, Il décide de passer der­rière la caméra et de se tour­ner vers le métier de réa­li­sa­teur.
Filmographie
. 1997 Les Scorpionnes ( court-métrage)
. 1999 Achille (série de trois épi­so­des)
. 2001 Africa Paradis (le court-métrage)
. 2003 L’Argent Sale

CRITIQUE

Africa Paradis est un film ori­gi­nal, entre comé­die et film d’extra­po­la­tion, un genre rare dans le cinéma afri­cain. L’action se situe dans un futur proche et traite de la ques­tion de la migra­tion éco­no­mi­que, sous un jour pour le moins auda­cieux.

Alors que le conti­nent afri­cain a réussi à accom­plir l’uni­fi­ca­tion tant espé­rée et a ainsi trouvé les condi­tions d’un véri­ta­ble essor, les puis­san­ces occi­den­ta­les se sont enfon­cées dans le conflit et le chaos, pro­vo­quant ainsi leur propre déclin. Dans le futur d’Africa Paradis, des filiè­res d’immi­gra­tion clan­des­tine ache­mi­nent des res­sor­tis­sants euro­péens sur le sol afri­cain, nouvel eldo­rado aux fron­tiè­res bien gar­dées.

Le film est une farce, on ne croit à rien de cette his­toire et c’est pour cela qu’elle nous fait rire. Véritable pam­phlet sur les rela­tions Nord Sud, Africa Paradis se joue à loisir des innom­bra­bles injus­ti­ces vécues par les dizai­nes de mil­liers de migrants du Tiers Monde qui ten­tent chaque année leur chance sur les che­mins des pays du Nord. Rien n’a été oublié, de la cruauté des ser­vi­ces consu­lai­res aux déboi­res de la clan­des­ti­nité, en pas­sant par le natio­na­lisme exa­cerbé des nantis, sou­cieux de pro­té­ger leurs pri­vi­lè­ges au détri­ment du bien de l’huma­nité. Emile Abossolo est à ce titre tout à fait sur­pre­nant en ultra natio­na­liste xéno­phobe, plus vrai que nature en com­pa­rai­son à des figu­res bien connues de la vie poli­ti­que euro­péenne.

Fait de clins d’œil plus ou moins sub­tils, Africa Paradis nous invite avant tout à réflé­chir à l’absur­dité du par­tage – ou plutôt devrait-on parler de l’absence de par­tage – des riches­ses à l’échelle glo­bale. Plus qu’une mise en garde, il se veut une cari­ca­ture de la cupi­dité et de l’eth­no­cen­trisme occi­den­taux. Avec humour, le film sou­li­gne la bêtise et le cynisme des poli­ti­ques migra­toi­res mises en œuvres dans les pays riches, sans oublier l’achar­ne­ment par­fois insensé des can­di­dats au départ des régions les plus défa­vo­ri­sées, qui met­tent quo­ti­dien­ne­ment leur vie en péril pour un ailleurs dont ils ne connais­sent rien.

Sophie Perrin (Clap Noir)

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Sylvestre Amoussou
Avec : Stéphane Roux, Eriq Ebouaney, Sylvestre Amoussou, Charlotte Vermeil, Sandrine Bulteau, Emil Abossolo M’Bo, Mylène Wagram
Scénario et adap­ta­tion : Pierre Sauvil
1er assis­tant réa­li­sa­teur : Patrice Casadésus
Chef opé­ra­teur : Guy Chanel
Ingénieur du son : Julien Chaumat
Monteur : Nicolas Chaudeurge
Montage son et mixage : Eric Lesachet
Musique ori­gi­nale : Wasis Diop
Régisseurs : Hocine Boukhanef et Pape Mbodj
Directrice de pro­duc­tion : Sala Havoly Dia
Production et dis­tri­bu­tion : Métis Productions Tél / fax (33) 01 48 94 86 26, mail : met­prod@­free.fr
www.afri­ca­pa­ra­dis.com, contact@a­fri­ca­pa­ra­dis.com

Les autres films
1
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75