Accueil du site > Archives > 2006 > SOIRÉE DÉBAT animée par Clap Noir
SOIRÉE DÉBAT animée par Clap Noir
Publié le : lundi 30 janvier 2006
Avant première de DARATT à Caen le 12 décembre 2006

Clap Noir, dans le but de favo­ri­ser la connais­sance du cinéma afri­cain et des sujets qui relè­vent de l’Afrique, s’asso­cie avec le cinéma Lux, cinéma d’Art et d’Essai classé recher­che à Caen, pour vous pro­po­ser une soirée iné­dite à l’occa­sion de l’avant pre­mière de Daratt.

Une soirée animée par l’Association Clap Noir Normandie avec le sou­tien de mem­bres de l’asso­cia­tion d’ori­gine caen­naise, en pré­sence de Mahamat-Saleh Haroun,réa­li­sa­teur du film.

Le film : Daratt
Bien décidé à venger la mort de son père, Atim, jeune tcha­dien de 15 ans, arrive à N’Djaména où il s’engage sur la trace de Nassara, ancien cri­mi­nel de guerre désor­mais rangé et qui tient une bou­lan­ge­rie. Il s’y fait embau­cher comme apprenti. A mesure que l’ini­tia­tion d’Atim se par­fait, une rela­tion forte se noue entre les deux. Le jeune garçon semble trou­ver la figure pater­nelle qui lui man­quait tandis que Nassara voit en lui un fils poten­tiel. L’ancien meur­trier et le ven­geur par­vien­dront-ils à échap­per à leur destin ?

© Franck Verdier

Note d’inten­tion
Au Tchad, la guerre civile dure depuis 1965 ; elle a fait de nom­breu­ses vic­ti­mes. Parmi les 40 000 tués ou dis­pa­rus sous le règne d’Hissène Habré, j’en connais­sais beau­coup. Un de mes oncles en fai­sait partie… Après avoir été enlevé, on ne l’a plus jamais revu. Moi-même j’ai été blessé - j’ai dû quit­ter mon pays sur une brouette, embras­sant les che­mins de l’exil ; autant dire que j’ai vécu ce drame dans ma chair… À chaque fois que je retourne au Tchad, je suis confronté à cette réa­lité de l’après-guerre ; elle est là, omni­pré­sente, comme une his­toire en sus­pens, jamais ter­mi­née, une page qu’on n’a pas encore tour­née… Je connais nombre des acteurs ayant par­ti­cipé à cette tra­gé­die ; il m’arrive même de les côtoyer. Ils ont tué, violé, brûlé, endeuillé, pillé… s’en sont pris aux plus vul­né­ra­bles qui, en défi­ni­tif, sont les lais­sés pour compte d’aujourd’hui. Les bour­reaux d’hier, eux, sont deve­nus des gens de pou­voir et para­dent sans être inquié­tés.
Ce qui est ter­ri­ble dans les guer­res civi­les, c’est qu’elles légi­ti­ment toutes les atro­ci­tés, tous les crimes et, tout compte fait, les absol­vent. C’est ce sen­ti­ment d’injus­tice qui nour­rit le désir de ven­geance - qui n’est, au fond, qu’un désir de jus­tice.
Daratt ne traite pas de la guerre civile, mais de ses consé­quen­ces. Ce qui m’inté­resse, c’est le pay­sage après la tem­pête. La vie, obs­ti­né­ment à l’oeuvre, dans les champs de ruines et de cen­dres. Comment en effet conti­nuer à vivre ensem­ble après tant de vio­lence et de haine ? Quelle atti­tude adop­ter face à l’impu­nité ? Se rési­gner ou se faire jus­tice soi-même ? Et quand on choi­sit cette der­nière option, c’est quoi tuer un homme ?
Mahamat-Saleh Haroun

RENCONTRE ET DEBAT en pré­sence du réa­li­sa­teur Mahamat-Saleh Haroun à l’issue de la pro­jec­tion.
Animation du débat : Laurent LECOURT (Clap Noir Normandie)

A l’issue du débat : DEGUSTATION A PRIX DOUX

DARATT
Mardi 12 décem­bre 2006 à 20 h 30
Au Cinéma Lux, 6 avenue Sainte Thérèse, 14 000 Caen
Tram : lignes A et B arrêt : Lux – Victor Lépine
Bus : lignes 3 et 14, arrêt Sainte Thérèse et lignes 1, 5, 9 arrêt Demi-Lune.
www.cine­ma­lux.org

Tarif habi­tuel du cinéma.
Contacts : Laurent Lecourt : 06 83 67 22 07 - www.clap­noir.org

Également…

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75