Sam-le-Caïd
Boubakar Diallo
Publié le : lundi 2 février 2009

Un film de Boubakar Diallo, Burkina Faso, 2008, 100’








SYNOPSIS

Le comp­ta­ble de Sam-le-caïd s’est enfui avec tout l’argent de son compte ban­caire et de son coffre fort. Furieux, Sam engage un chas­seur de tête qui lui ramène le comp­ta­ble. Le fuyard est tor­turé à mort, la police enquête sur le meur­tre… Entretemps, Sam cher­che à se refaire une santé finan­cière ; il décide de racket­ter Georges le Libanais, l’obli­geant ainsi à lui céder son casino. Deux poli­ciers, Ayoro et Roger, orga­ni­sent une opé­ra­tion pour coin­cer le gang­ster. Mais l’ins­pec­teur Roger ignore que son coéqui­pier est de mèche avec Sam-le-caïd...

LE REALISATEUR

Né au Burkina Faso. Boubakar Diallo a com­mencé par l’écriture de deux romans poli­ciers (La nuit des chiens et Fumée noire). Journaliste de for­ma­tion, il a crée à Ouagadougou l’heb­do­ma­daire sati­ri­que « Le jour­nal du jeudi ». En 2004, il a écrit et réa­lisé le pre­mier film poli­cier du Burkina Faso : Traque à Ouaga ; l’his­toire d’un poli­cier mort lors d’une opé­ra­tion, tué par un mal­frat. Une enquête est ouverte et c’est l’ins­pec­teur Solo qui est mis sur le coup. Le succès est fou­droyant, il réa­li­sera la même année dans la foulée Sofia. Depuis, il réa­lise de nom­breux films grâce à sa société de pro­duc­tion « Les films du Dromadaire », en s’appuyant sur des finan­ce­ments pro­pres et ins­ti­tu­tion­nels locaux. Fervent défen­seur d’un cinéma numé­ri­que low­coast, Diallo par des his­toi­res popu­lai­res s’appuyant sur les réa­li­tés de la société bur­ki­nabé, répond direc­te­ment au spec­ta­teur afri­cain qui est le centre de ses préoc­cu­pa­tions, en lui offrant du sus­pense, des émotions et du rire.

CRITIQUE

Le polar se consomme aussi désor­mais façon Tô sauce gombos, plat natio­nal bur­ki­nabé. Sam n’y échappe pas non plus par sa mère qui est la seule per­sonne qu’il écoute ! Le 8eme film de Diallo ne manque ni de punch, ni d’humour. Tous les ingré­dients sont réunis : cor­rup­tion, gags, sus­pense et sen­ti­ments font de ce film une vraie comé­die mafieuse. Le plai­sir est le moteur de la mise en scène, malgré des per­son­na­ges par­fois trop campés dans leur rôle et une réa­li­sa­tion théâ­tra­li­sée. Peu importe car c’est avant tout une paro­die poli­cière urbaine. Pas de temps morts, on en res­sort ragaillardi et eupho­ri­que. Marius

FILMOGRAPHIE

- 2003 Un privé à Ouaga (Doc)
- 2003 Sur les traces des tapeurs de sable (Doc)
- 2003 Une longue tra­ver­sée (MM)
- 2004 Traque à Ouaga (LM)
- 2004 Sofia (LM)
- 2005 Parenthèse à plai­san­te­rie (Doc)
- 2005 Dossier brû­lant (Doc)
- 2005 Code Phénix (LM). Sélection offi­cielle Fespaco 2007
- 2006 L’or des Younga (LM)
- 2007 Série noire à Koulbi, feuille­ton, 30 épisodes de 18’
- 2007 Mogo-Puissant (LM)
- 2008 Sam-le-caïd (LM)
- 2009 Cœur de lion (LM)

FICHE TECHNIQUE

Réalisation et scé­na­rio : Boubakar Diallo
Avec : Joseph Tapsoba, Cécile Tiaho, Salif Sanfo, Mamadi Nana, Ildevert Méda, Jeanne d’Arc Yameogo, O’Gust Kutu, Saturnin Milla, Aïcha Traoré
Chef opé­ra­teur : Moussa Diakité
Montage : Bède M. Ganafé Mofédog-na
Son : Issa Traoré senior
Musique : Solitaire
Production : Les Films du Dromadaire Cité An III - 01 BP 3654 Ouagadougou - Burkina faso
Tél. +226 50 30 48 70 - Fax. +226 50 30 47 95 bdial­lo@­lip­tin­for.bf http://www.film­sdu­dro­ma­daire.com

Reportage photo du tour­nage du film : http://www.phi­lip­pe­re­velli.com/bf_s...

Les films de Boubakar Diallo :
Les autres films
<
5
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75