Libation au Fespaco 2009
Publié le : dimanche 1er mars 2009
Une statue en hommage à Sembène Ousmane

La place des cinéastes de Ouagadougou a accueilli ce matin la cérémonie de libation prévue dans le cadre des manifestations de la 21ème édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) 2009. Cette grande messe des adeptes du 7ème art a aussi été l’occasion d’inaugurer, juste en face du monument de la place des cinéastes, la statue de Sembène Ousmane. Une œuvre en bronze sur laquelle Sembène brandit son étalon.

Il s’agis­sait non seu­le­ment de rendre hom­mage aux cinéas­tes dis­pa­rus, mais aussi de se retrou­ver, soudés comme un bloc autour de cette pas­sion qu’est l’art de l’image et du son. Cette céré­mo­nie n’a cer­tai­ne­ment pas une signi­fi­ca­tion par­ti­cu­lière, car c’est un rituel qui a l’habi­tude de se dérou­ler en ces lieux lors de cette ren­contre inter­na­tio­nale, en hom­mage à tous les dis­pa­rus du cinéma. C’est ainsi que les cinéas­tes ont la pos­si­bi­lité de leur rendre hom­mage sans les citer et de les porter for­te­ment dans leur cœur pour conti­nuer ce qu’ils ont com­mencé et per­met­tre également aux géné­ra­tions à venir de pour­sui­vre ce qui a été fait par leurs aînés.

Les cinéastes regroupés sur la Place des cinéastes

Parmi ces aînés, figure en bonne place l’un des pré­cur­seurs du cinéma afri­cain. Sembène est parti, mais l’aîné des anciens est encore là, ses œuvres bra­vent le temps et ses amis ne peu­vent l’oublier. Dans une longue chaîne, les cinéas­tes ont tenu à hono­rer la mémoire de leurs confrè­res, comme pour dire "nous sommes là et nous allons conti­nuer ce que vous avez com­mencé". Dans cette chaîne silen­cieuse qui a encer­clé le monu­ment de la place des cinéas­tes, on pou­vait aussi lire toute la déter­mi­na­tion de l’ancienne et de la nou­velle géné­ra­tion du 7ème art à déve­lop­per ce der­nier dans notre conti­nent. Car malgré le pro­blème cru­cial du finan­ce­ment, chaque année, des films sont pro­duits tant bien que mal, des films de qua­lité qui sus­cite l’engoue­ment au FESPACO.

Une autre vue des cinéastes

Dans son inter­ven­tion, le pré­si­dent de la Fondation ECOBANK, M. Gervais K. Djondo, ini­tia­teur du prix Sembène Ousmane et de la statue qui porte le nom du cinéaste n’a pas manqué de témoi­gner toute son affec­tion au cinéaste. "Nous allons immor­ta­li­ser dans cette place des cinéas­tes afri­cains, un digne fils de l’Afrique qui a été un modèle d’abné­ga­tion et de cou­rage. Sembène est décédé juste après l’ins­ti­tu­tion par la Fondation ECOBANK d’un prix en son nom. Il y’a deux ans, ne pou­vant faire le dépla­ce­ment de Ouaga pour rece­voir le prix, Sembène Ousmane a délé­gué M. Clarence Delgado pour le repré­sen­ter et témoi­gner sa reconnais­sance à la Fondation’’ at-il dit.

Le minis­tre de la culture, du Tourisme et de la Communication du Burkina Faso, M. Filippe Savadogo sou­li­gnera quant à lui, que le Burkina Faso est très heu­reux d’accueillir encore toute l’Afrique et de conso­li­der une idée pué­rile d’il y a qua­rante ans qui s’est conso­li­dée. ‘’Et le plus impor­tant, c’est que nous puis­sions péren­ni­ser ensem­ble ce grand projet afri­cain qui a sur­vécu à la houle des océans, qui a sur­vécu aux dif­fi­cultés’’ a dit M. Filippe Savadogo.

Candide Etienne

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75