Lu dans les journaux
Publié le : lundi 2 mars 2009
La question du financement du FESPACO

Les journaux burkinabè se sont beaucoup intéressés à la 21ème édition du FESPACO qui a démarré sur des chapeaux de roue samedi dernier au Stade du 4 août de Ouagadougou. La question du financement a été abordée par les canards.

Arrêt sur image. Si Le Pays du lundi 2 mars retient de la céré­mo­nie d’ouver­ture, "une ambiance féé­ri­que", le jour­nal sou­li­gnera par ailleurs que malgré les 40 années engran­gées par le Festival, "mal­heu­reu­se­ment, à l’instar des pays afri­cains, le FESPACO demeure dépen­dant des bour­ses nor­di­ques et depuis un cer­tain temps, ren­contre des dif­fi­cultés finan­ciè­res d’orga­ni­sa­tion".

Cette ques­tion a aussi été abor­dée par l’Etalon Enchaîné du 28 février qui a réussi à faire parler le minis­tre bur­ki­nabè en charge de la Culture. Selon M. Filippe Savadogo, "le fes­ti­val doit rester maître de ses gran­des orien­ta­tions mais aussi pana­fri­cain comme à ses débuts. C’est pour cela bien sou­vent les gens pen­sent que le fes­ti­val doit s’auto­fi­nan­cer à 100%".

L’Hebdo du Burkina du 27 février au 05 mars sou­li­gne que "dans le but de doter l’ins­ti­tu­tion de son auto­no­mie finan­cière, le FESPACO devra mettre en place un cadre par­te­na­rial natio­nal et mon­dial qui lui per­met­tra de mobi­li­ser des fonds pour un meilleur fonc­tion­ne­ment et une bonne orga­ni­sa­tion de l’évènement sans trop faire appel à l’appui de l’Etat bur­ki­nabè, seul pays dona­teur".

Candide Etienne

Également…
3

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75