Le Fauteuil de Missa Hebié
Publié le : vendredi 6 mars 2009

Evènement ! Le célè­bre réa­li­sa­teur de feuille­tons télé est passé au long métrage ! Celui qui, depuis des années tient en haleine les télé­spec­ta­teurs bur­ki­nabe avec le Commissariat de Tampy, fait désor­mais partie des réa­li­sa­teurs sélec­tion­nés par le Fespaco. Comme il l’a expli­qué lui-même jeudi matin au nom­breux public du ciné Burkina, « on ne change pas une équipe qui gagne ». C’est ainsi qu’il a entraîné à ses côtés toute son équipe tech­ni­que et ses acteurs dans cette nou­velle aven­ture. Du bon­heur sur les visa­ges des deux côtés de la scène, pas de doute son Fauteuil n’est pas un siège éjectable !

Le film décor­ti­que avec finesse les consé­quen­ces en chaîne de la nomi­na­tion d’une femme, com­pé­tente, intel­li­gente et hon­nête au poste de direc­teur Général d’une grande entre­prise d’Etat. On suit Clarisse, dans l’exer­cice d’un pou­voir qui, avant elle, a tou­jours été exercé par les hommes, et, en l’occur­rence Seraphin, l’ancien DG grand pra­ti­quant du népo­tisme et de la cor­rup­tion, invité sou­dain à lui obéir. Panique à bord ! Clarisse refuse les pots de vin, les com­pro­mis­sions de toute sorte et entend appli­quer les prin­ci­pes de bonne gou­ver­nance. Les réac­tions du per­son­nel de l’entre­prise, syn­di­ca­lis­tes, secré­tai­res et cadres face à cette révo­lu­tion de palais, nous valent des scènes savou­reu­ses. Certains la sou­tien­nent, d’autres se pré­pa­rent au tra­vail de sape, d’autres jouent l’atten­tisme. Sans comp­ter les four­nis­seurs et leurs réseaux de poli­ti­ciens véreux, qui sou­dain voient se tarir la pompe à fric !

On observe Clarisse tracer sa voie, belle, intè­gre, sui­vant ses idées sans fai­blir, elle nous emballe ! Mais le ver est dans le fruit : son mari, lui, n’est pas insen­si­ble aux com­pli­ments, aux hon­neurs et cadeaux même lou­ches. Monsieur le DG, trouve sou­dain bien agréa­ble son nou­veau statut, après tout, c’est lui le patron, non ? Le mari naguère solide se révèle inca­pa­ble de résis­ter aux avan­ces, se com­pro­met, prend une maî­tresse tout en deman­dant à sa femme de conser­ver son statut de femme sou­mise. Le fils se laisse entraî­ner par la jeu­nesse dorée dont il finance les fêtes…

Dur, dur ! Clarisse est seule . A son poste, elle doit s’impo­ser plus qu’un homme, alors que sa vie privée prend l’eau de toutes parts.

Une comé­die très enle­vée, un tra­vail de pro­fes­sion­nel, un cas­ting impec­ca­ble que domine Norah Kafando, dont c’est la pre­mière appa­ri­tion à l’écran au ser­vice d’une ques­tion brû­lante : Où est la place de la femme dans ce pays ?

Michèle SOLLE

Également…
3

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75