Accueil du site > Actualités festivals > Archives festivals > FESPACO - Ouagadougou, 2009 > Ecran noir pour le Cinéma numérique ambulant à Ouagadougou
Ecran noir pour le Cinéma numérique ambulant à Ouagadougou
Publié le : samedi 7 mars 2009

Le Fespaco est une occa­sion pour les mem­bres du CNA, le cinéma numé­ri­que ambu­lant, de conver­ger vers Ouagadougou en vue de pro­je­ter des films dans les quar­tiers recu­lés de la ville. En 2005, le CNA était au Fespaco avec quatre unités et en 2007, sept équipes étaient là pour l’opé­ra­tion sept écrans dans la ville.

A l’occa­sion de la pré­sente édition, le pro­gramme pré­voyait plu­sieurs acti­vi­tés. La créa­tion dans un quar­tier popu­laire de Ouagadougou d’un espace cultu­rel en plein air, en déployant 9 écrans, en ins­tal­lant un studio photo numé­ri­que ambu­lant. Le CNA comp­tait monter un ate­lier vidéo et une expo­si­tion de pho­to­gra­phie. Le pro­gramme pré­voyait aussi des pro­jec­tions-débat de film long métrage et des films docu­men­tai­res. Malheureusement, le CNA n’a pas pu orga­ni­ser les acti­vi­tés pré­vues. La raison : les orga­ni­sa­teurs du fes­ti­val ont annulé toutes les pro­jec­tions de rue et en plein air. Malgré le refus des orga­ni­sa­teurs du Fespaco, les équipes du CNA ont tenu à faire le dépla­ce­ment de Ouagadougou afin que des négo­cia­tions s’ouvrent pour les fes­ti­vals à venir.

Nous n’avons pas une noti­fi­ca­tion offi­cielle du Fespaco expli­quant pour­quoi les écrans ambu­lants ne sont pas les bien­ve­nus. Les auto­ri­tés ont-elles l’impres­sion que le cinéma numé­ri­que fait de l’ombre aux salles ? En refu­sant les pro­jec­tions en plein air, veut-on favo­ri­ser la fré­quen­ta­tion des salles ? Ces hypo­thè­ses peu­vent être tout sim­ple­ment reje­tées, car, les spec­ta­teurs des salles ne sont pas ceux qui sont tou­chés par les pro­jec­tions en plein air. Le cinéma numé­ri­que ambu­lant va dans les quar­tiers recu­lés de la ville, les ban­lieues et les endroits ou les popu­la­tions font avec le mini­mum vital. « Le cinéma ambu­lant est aussi une solu­tion, un pal­lia­tif à une situa­tion de non-exis­tence de lieux de pro­jec­tion » disait Gaston Kaboré sur le site de l’Unesco. En atten­dant que soit pourvu dans tout le pays des salles pou­vant per­met­tre aux citoyens de jouir de la pro­duc­tion ciné­ma­to­gra­phi­que natio­nale et inter­na­tio­nale, des ouver­tu­res doi­vent être faite pour que le cinéma aille les trou­ver chez eux.

Rappelons que le CNA est une asso­cia­tion inter­na­tio­nale qui couvre le Niger, le Mali, le Bénin, le Burkina Faso et la France. Cette asso­cia­tion réa­lise des pro­jec­tions en milieu rural et depuis 2002, plus de cinq mil­lions de spec­ta­teurs ont béné­fi­cié de ces pro­jec­tions.

Achille Kouawo

  • Dommage ! A l’heure où tout le monde se met ensemble pour faire avancer les initiatives communes, j’ai l’impression que le Fespaco veut se fermer sur lui-même.

    • Triste !! La nouvelle direction du Fespaco muselle la libre expression avec des initiatives de censure. Qu’on nous dise quel type de concurrence le cinéma ambulant fait aux fespaco. A mon avis ce n’est pas le même public. Bon mes chers amis du Cna courage, mais à défaut de lettre officielle, vous aurez du jouir de votre droit en faisant un peu dans la provocation pour voir ce qui se produit si. Vous êtes au service du public et non pas au service du Fesapco !!. J’espére que avec l’échec dans l’organisation de cette 21 édition. Je propose une unité d’action avec Ciné Droit libre afin que si les choses se durcissent en termes de liberté de diffusion on mène des actions collective de protestation.

Également…
3

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75