Soirée présentation
Publié le : mardi 29 mars 2005
Fespaco 2005

Le nou­veau cru de la 19ème édi­tion du Fespaco s’annonce bien pour cette année 2005. Il coïn­cide avec les 50 ans du cinéma Subsaharien. En 1955 on décou­vrait le pre­mier film de Paulin S. Vieyra « Afrique sur Seine". Un beau par­court a été effec­tué depuis, mais beau­coup reste à faire. Ce que sou­hai­tent les pro­ta­go­nis­tes du Fespaco.

A cette occa­sion, plus de 170 films ont été sélec­tion­nés dans une qua­ran­taine de pays. Avec pour pré­di­lec­tion des sujets sur la liberté, la démo­cra­tie, la reli­gion, les conflits eth­ni­ques et le SIDA. Les prix sont plus nom­breux. Pour les longs métra­ges, doré­na­vant en plus de l’Etalon d’Or, appa­rais­sent l’Etalon d’Argent et l’Etalon de Bronze. Il en est de même pour les courts métra­ges, qui se voient attri­buer Poulain d’Or, Poulain d’Argent et Poulain de Bronze.

La bonne sur­prise de cette année est le thème : "Formation et enjeux de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion". Clap Noir se sent par­ti­cu­liè­re­ment concerné et touché par ce sujet, et cela reste son cheval de bataille. Gageons que, le Fespaco puisse per­met­tre à notre rédac­tion de tra­vailler et de vous faire vivre cet évè­ne­ment, avec pro­fes­sion­na­lisme !

Avec jus­tesse, les orga­ni­sa­teurs se posent la ques­tion au cours de la soirée, de la relève. A quoi il faut ajou­ter les dif­fi­cultés à pro­duire et à être dif­fu­sées, pro­blè­mes récur­rents à ne pas négli­ger.
Parmi les ques­tions, quelqu’un a repro­ché qu’il n’y avait pas assez de salles ; y en aura t’il des nou­vel­les ?
Baba Hama : il ne faut pas venir au Fespaco avec Paris dans sa poche ! en plus des salles, il y aura deux sites de pro­jec­tions en plein air : un au stade du 4 août et un au SIAO (Salon International de l’Artisanat de L’Ouest afri­cain).
Chaque pro­fes­sion­nel doit être à sa place, le Fespaco n’a pas pour voca­tion de cons­truire des salles ; les pro­duc­teurs pro­dui­sent, les dis­tri­bu­teurs dis­tri­buent et les dif­fu­seurs, exploi­tants de salles de cinéma, gèrent leurs salles.

Cette année, les Fespacionados auront l’occa­sion grâce à la sélec­tion de la Diaspora Afro Américaine de ren­contrer leurs homo­lo­gues avec l’espoir d’abou­tir à des pro­jets de pro­duc­tion.
Autre nou­veauté, l’Edition 2005 sera placée sous le par­rai­nage de Richard Bohringer, grand féru d’Afrique. Un choix ambi­tieux d’ouvrir le fes­ti­val au regard de l’Occident et un moyen de faire connaî­tre les ciné­mas d’Afrique au delà des fron­tiè­res. Il est vrai qu’il est sou­vent can­tonné aux cir­cuits fermés des spé­cia­lis­tes et des pas­sion­nés. Mais un plus large public reste encore à conqué­rir.
Une mini polé­mi­que a éclaté lors­que qu’un spec­ta­teur l’a repro­ché aux orga­ni­sa­teurs. Baba Hama lui répond gen­ti­ment : le Fespaco n’est pas et ne sera jamais le Festival de Cannes, et que les bœufs étaient bien gardés. Qu’à cela ne tienne !

Isabelle Audin

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75