Accueil du site > Archives > 2009 > Budin-Daji ou le pouvoir mystique
Budin-Daji ou le pouvoir mystique
Publié le : jeudi 3 décembre 2009
Niamey 2009

Safia Illiasou est une jeune cinéaste nigé­rienne. Elle a pro­duit, dans le cadre de ses études, un film docu­men­taire sur une céré­mo­nie rituelle tra­di­tion­nelle qui se déroule chaque année à Tibiri, une loca­lité située dans la région de Maradi (Est du Niger).

A tra­vers l’objec­tif de sa caméra, la réa­li­sa­trice donne à voir les moments forts d’un rite tra­di­tion­nel vieux de plu­sieurs siè­cles. Géomancies, sacri­fi­ces, danses de pos­ses­sion, autant sont les séquen­ces qui mon­trent l’impact et l’adhé­sion de tout un peuple, celui du Gobir, à la reli­gion de la terre.

Clap Noir : Expliquez nous le titre de votre docu­men­taire ?

« Budin-daji » ou le pou­voir mys­ti­que, reflète l’ori­gi­na­lité de ce qui est décrit dans le film. Nous avons montré une céré­mo­nie majeure auquel le peuple du Gobir accorde une impor­tance capi­tale. Elle démon­tre par son aspect le plus mys­ti­que et tra­vers des rituels les savoirs tra­di­tion­nels et scien­ti­fi­ques de cette ethnie.

Pourquoi un film sur ce rite tra­di­tion­nel ?

Lorsqu’on sait que les peu­ples qui, ne pro­dui­sent pas d’images sur leurs vécus et leurs iden­ti­tés ris­quent de deve­nir des peu­ples sans his­toire, le « Budin-Daji » a retenu notre atten­tion car nous avons voulu conser­ver, dans les images, les traces d’une tra­di­tion de notre pays. Le Budin-daji, à cause de son carac­tère imma­té­riel risque d’être fra­gi­lisé voir même dis­pa­raî­tre. Que faire sinon un docu­men­taire pour non seu­le­ment conser­ver cette richesse, mais aussi per­met­tre aux géné­ra­tions actuel­les et futu­res de voir com­ment se célè­bre cette mani­fes­ta­tion. Vous savez, au Niger, Jean Rouch nous a laissé un héri­tage. Celui du film eth­no­lo­gi­que. A tra­vers notre regard, nous avons voulu rendre compte de la vie d’un peuple.

Pourquoi le choix du docu­men­taire ?

Le docu­men­taire est une aven­ture com­plexe, dif­fi­cile et impré­vi­si­ble car se basant dans la plus part des cas sur des faits, des réa­li­tés et dont la réa­li­sa­tion est de porté didac­ti­que et péda­go­gi­que. En plus c’est une forme de pro­duc­tion audio­vi­suelle qui cumule diver­ses carac­té­ris­ti­ques ren­dant plus sen­si­ble celui qui le regarde. En plus de cela, pour nous, le docu­men­taire nous a permit d’avoir une grande rigueur dans l’écri­ture du film, son tour­nage et son mon­tage. C’est une grande école d’appren­tis­sage.

Vous par­ti­ci­pez au Forum afri­cain du film docu­men­taire. Qu’est-ce qui vous a moti­vez à y ins­crire votre film en com­pé­ti­tion ?

Nous sou­hai­tons à tra­vers ces pro­jec­tions béné­fi­ciées de l’expé­rience et des connais­san­ces des autres pour mieux amé­lio­rer ce que nous avons fait déjà. C’est aussi l’occa­sion de connaî­tre et de par­ta­ger avec les cinéas­tes et réa­li­sa­teurs du monde.

Comment comp­ter vous faire connaî­tre le film au Niger et un peu par­tout dans le monde du cinéma ?

Nous avons pensez à le dif­fu­ser sur les chaî­nes de la place d’abord ; ensuite trou­ver la pos­si­bi­lité de le pré­sen­ter aux dif­fé­rents ren­contres afri­cai­nes et inter­na­tio­na­les.

Votre pro­chain projet ?

A la date d’aujourd’hui, nous avons des pro­jets de pro­duc­tion d’une série télé­vi­sée, de deux fic­tions et de plu­sieurs émis­sions télé­vi­sés (genre docu­men­tai­res).

Candide Etienne

Fiche tech­ni­que du film

Titre du film : ‘‘Budin-Daji’’ le pou­voir mys­ti­que
Producteur : I.F.T.I.C
Scénario et réa­li­sa­tion : ILLIASSOU M. Safia
Durée : 13’45’’

Contact : batou­riya@ya­hoo.fr

  • Le 21 décembre 2009 à 16:36, par Issa Karimou

    Salut la GO et du courage. Faut faire rénaitre le cinéma nigérien.
    Bonne chance

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75