Accueil du site > Archives > 2010 > Rigolo et rafraîchissant
Rigolo et rafraîchissant
Publié le : mardi 22 juin 2010
Un transport en commun

Rigolo et rafraî­chis­sant

En Afrique, on fait des voya­ges en « 7 places » : un trans­port en commun ou covoi­tu­rage cou­rant, dans lequel sept places sont à pour­voir. Mais là, le sep­tième voya­geur n’arrive pas et tout le monde attend…
Magie enchan­tée du conte, charme du kitch. Très vite, des chan­sons iro­ni­ques, roman­ti­ques, déca­lées font irrup­tion dans le récit. Chanson de la coif­feuse qui rêve de richesse, chan­son de la mama Benz qui rêve d’amour, chan­son du jeune pre­mier qui rêve à sa dul­ci­née… C’est un peu comme si Jacques Demy s’était invité en Afrique. C’est rigolo et sur­pre­nant. Superficiel ? oui, et alors ? C’est si bon de voir quelqu’un s’empa­rer de la comé­die musi­cale dans un uni­vers qui s’est sou­vent plutôt prêté aux digres­sions misé­ra­bi­lis­tes ou aux comé­dies brin­que­ba­lan­tes.
Les cou­leurs pètent : robes et bou­bous mul­ti­co­lo­res, ciel bleu séné­ga­lais. Dans Deweneti, son pre­mier (et très primé) court-métrage, co-écrit et co-réa­lisé avec Rémi Mazet, Diana Gaye mon­trait qu’elle avait de l’humour, de l’audace et de la fan­tai­sie. Elle le confirme avec ce deuxième film, un moyen-métrage (les deux sortes en salle), même si du coup, il n’y a plus vrai­ment de scé­na­rio. L’intri­gue est ténue, mais est-ce vrai­ment grave ? On se délecte quand même, et le charme agit puis­sam­ment.

Caroline Pochon

À peti­tes doses

Inventer aujourd’hui une comé­die musi­cale, c’est tenter de résou­dre à nou­veau une équation magi­que : com­ment en addi­tion­nant les éléments hété­ro­cli­tes, une his­toire et des chan­sons, des per­son­na­ges qui par­lent, qui dan­sent, arrive-t-on à sus­ci­ter le plai­sir par la magie du cinéma ? Qui plus est dans les condi­tions d’une pro­duc­tion afri­caine tour­née au Sénégal ?
Pari pres­que réussi pour Dyana Gaye qui a jonglé avec les comé­diens - la plu­part non pro­fes­sion­nels - et joué des contrain­tes scé­na­ris­ti­ques. Le thème est super et le cadre ultra pho­to­gé­ni­que ; la scène qui s’étend de Dakar à St Louis, est un voyage en taxi brousse. On rigole bien. Le film est emporté par une bande son métis­sée où la cho­ré­gra­phie, haute en cou­leur, empreint un ton humo­ris­ti­que.
Mais rigole-t-on d’une comé­die - qui s’appa­rente plus à une suc­ces­sion de tableaux musi­caux où se concen­tre l’énergie du film - dans laquelle la réa­li­sa­trice se lâche -, ou de l’exo­tisme d’un énième film com­plè­te­ment décalé ? La réa­li­sa­trice joue t-elle de la dis­po­si­tion du spec­ta­teur à rire d’autant de mala­dres­ses en se pro­je­tant dans l’illu­sion du conte ?
Amusant mais à peti­tes doses, on peut se lasser. Il ne suffit pas de s’ins­pi­rer d’un Demy pour convain­cre. Des acteurs qui ne don­ne­raient pas envie de rire à la moin­dre répli­que, ça peut servir aussi.

Benoît Tiprez

Fiche du film

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75