Remise des prix aux lauréats
Publié le : vendredi 10 décembre 2010
FAFD - Niamey 2010



A l’occa­sion de la cin­quième édition du Forum Africain du Film Documentaire de Niamey, une soirée de Gala ciné­ma­to­gra­phi­que a été orga­ni­sée, au Palais des Congrès, pour la pro­cla­ma­tion des résul­tats du concours des jeunes réa­li­sa­teurs formés lors des pré­cé­den­tes éditions du Forum. Ce fut aussi l’occa­sion de remet­tre les diplô­mes de fin de for­ma­tion aux nou­veaux sta­giai­res.

Dans une adresse aux par­ti­ci­pants, le pro­mo­teur du Forum, Inoussa Ousseini a rap­pelé que le cinéma nigé­rien est mort alors qu’il était pion­nier en Afrique. « Nous devons rele­ver le défi » de relan­cer la pro­duc­tion ciné­ma­to­gra­phi­que au Niger. A la suite du pro­mo­teur, le repré­sen­tant des jeunes cinéas­tes, Sani Magori a rap­pelé que le Forum à former des jeunes réa­li­sa­teurs afin de les rendre com­pé­ti­tifs. Il a dit qu’un cof­fret de dix films des jeunes réa­li­sa­teurs formés lors des pré­cé­den­tes éditions du Forum est dis­po­ni­ble sous l’appel­la­tion « col­lec­tion lumière du Niger ».

Deux films étaient à l’hon­neur au cours de cette soirée. Gari yayi zafi ou sa chauffe au vil­lage, pre­mière partie d’un film en 60 épisodes de Mahamane Bakabé, Danté Alhassane, Boubacar Boureima, Yazi Dogo et Alfred Dogbé. Ce film retrace l’his­toire de deux jeunes qui s’aiment mais, l’un est contraint à l’exode afin de faire face aux dépen­ses du mariage. _ Le second film pro­jeté est Koukan Kourcia ou le cri de la tour­te­relle, le der­nier film de Sani Elhadj Magori. Ce film traite aussi de l’exode. Le réa­li­sa­teur raconte l’his­toire d’une jeune can­ta­trice qui chante l’exil et qui encou­rage les jeunes à aller faire for­tune dans las pays rive­rains du Niger. Une nou­velle chan­son est com­po­sée : celle du retour au pays. Saura-t-elle inci­ter son père, parti à Abidjan il y a une quin­zaine d’années à reve­nir au pays ?

S’agis­sant de la com­pé­ti­tion, quinze films étaient en lice. Les cri­tè­res sont tels que les lau­réats devaient pré­sen­ter des films de qua­li­tés. Après les vision­ne­ments, les mem­bres du jury, pré­sidé par l’écrivain Adamou Idé, ont donné des recom­man­da­tions pour que les films soient amé­lio­rés sur le plan qua­li­ta­tif. Les mem­bres du jury ont aussi sug­gé­rés que les films trai­tent de plus en plus des pro­blè­mes socio­cultu­rels.

Les prix ainsi décer­nés sont les sui­vants.

Prix Oumarou Ganda.
- 3e prix : Son de cloche, réa­lisé par Moustapha Sahirou Yacouba (Prix de 200.000 FCFA)

- 2e prix : Nanou, réa­lisé par Garba Mamoudou Nouhou (Prix 300.000 FCFA)

- 1er prix : Rouga, réa­lisé par Soumaila Harouna (Prix : 500.000 FCFA). Ce film traite de la chef­fe­rie tra­di­tion­nelle peuhle.

Le prix Jean Rouch, un prix de 1.000.000 FCFA, est décerné à la col­lec­tion Lumière du Niger pour encou­ra­ger et sou­te­nir les jeunes auteurs au Niger.

Le prix Canal France International (achat et dif­fu­sion sur CFI) est décerné au film Gatan Yara, réa­lisé par Abdou Mala et Ana Condé. Ce film traite du tra­vail des enfants.

Yannick Jacques

Également…

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75