Accueil du site > Articles > Avant-première du nouveau film de Gahité Fofana à Conakry
Avant-première du nouveau film de Gahité Fofana à Conakry
Publié le : mardi 18 janvier 2011
28 Septembre, Année Zéro

Lire la fiche du film

Le réa­li­sa­teur gui­néen Gahité Fofana signe un nou­veau film docu­men­taire inti­tulé ‘’28 Septembre Année Zéro’’ tourné à Conakry avec le sou­tien du Fond Social de Développement de l’Ambassade de France à Conakry et la par­ti­ci­pa­tion du LAF ainsi que Le Centre de Ressources Audiovisuelles en Guinée (CRAG).
Une séance de pro­jec­tion lui a été consa­crée en avant-pre­mière le Vendredi 17 décem­bre 2010 à la Maison de la Presse.

D.R. Bafila films

Si la date du 28 Septembre évoque l’his­to­ri­que ‘’NON’’ de la Guinée à la France, elle rap­pelle aussi le mas­sa­cre des popu­la­tions au stade du 28 Septembre en 2009. Le film de Gahité « 28 Septembre Année Zéro » livre une toute autre appro­che en nous invi­tant dans une réflexion dont les acteurs et les vec­teurs prin­ci­paux sont les jeunes. En lieu et place des poli­ti­ques ou des médias, c’est la voix de la jeu­nesse gui­néenne dans sa diver­sité qui s’exprime. C’est un diag­nos­tic sai­sis­sant de la situa­tion du pays pen­dant la fin de la dif­fi­cile tran­si­tion poli­ti­que qui est ainsi dressé par les jeunes.

Sur le géné­ri­que au début du film, on peut lire : « …L’espla­nade du stade du 28 sep­tem­bre est un car­re­four à Conakry proche des ter­rains de sport de l’uni­ver­sité, du grand marché, entre la ville et la ban­lieue, là se croi­sent des jeunes de toutes ori­gi­nes. C’est un car­re­four d’idées… ».
C’est ce lieu dyna­mi­que que le réa­li­sa­teur a choisi pen­dant plu­sieurs mois pour filmer les jeunes et leurs idées.Chacun racontant, cons­ta­tant, inter­pel­lant, sug­gé­rant ou dénon­çant par­fois avec pas­sion et très sou­vent avec rage mais tou­jours avec sin­cé­rité.
L’une des par­ti­cu­la­ri­tés du film est son décor unique. Toutes les scènes du film avec les per­son­na­ges ont été tour­nées sur l’espla­nade du stade du 28 Septembre.Le réa­li­sa­teur s’est employé avec finesse à exploi­ter l’ambiance, les ani­ma­tions ainsi que les acti­vi­tés qui ryth­ment la vie sur l’espla­nade du 28 Septembre.

Le nou­veau film de Gahité donne à cons­ta­ter la déter­mi­na­tion et la volonté des jeunes après les tris­tes événements du 28 sep­tem­bre 2009 à s’en sortir, à aller de l’avant et sur­tout à ne plus se lais­ser faire. Les jour­na­lis­tes pré­sents à la pro­jec­tion se sont achar­nés sur le titre du film . Pourquoi le titre « 28 Septembre Année Zéro » ? ont-ils mar­telé sans cesse.
Comme indi­qué au géné­ri­que début et plus encore au tra­vers des images et des inter­ve­nants, il ne s’agit pas des mas­sa­cres du 28 Septembre 2009 mais plutôt de réflexions des jeunes ren­contrés au ‘’car­re­four des idées’’ que cons­ti­tue l’espla­nade du stade du 28 sep­tem­bre.
Le réa­li­sa­teur indi­quera que c’est l’ensem­ble des mes­sa­ges livrés par les inter­ve­nants qui lui a ins­piré le titre et que chacun pour­rait l’inter­pré­ter à sa façon avant de conclure que cela ne pose pas de pro­blème au contenu de l’œuvre.
Il faut noter que le film repose exclu­si­ve­ment sur le mes­sage des inter­ve­nants. Aucun com­men­taire en dehors du mes­sage des per­son­na­ges inter­viewés que com­porte le film. Nous retien­drons pour cette toute avant-pre­mière de « 28 Septembre Année Zéro », l’image d’un film qui montre la volonté et la déter­mi­na­tion des jeunes gui­néens malgré le faible niveau de beau­coup d’entre eux, à se pren­dre en main. C’est aussi un mes­sage en direc­tion des nou­vel­les auto­ri­tés. En quel­que sorte un film diag­nos­tic pro­fon­dé­ment essen­tiel. Le docu­men­taire ‘’28 Septembre Année zéro’’ est sur­tout une réflexion et un véri­ta­ble cri du cœur. Une autop­sie pour­rait-on dire.
Loin d’être un film triste, les images fil­mées sur le vif pro­vo­quent quel­ques fois des éclats de rire.

Le film sera dif­fusé en Guinée par l’Association Les Amis du Futur (LAF) pour une exploi­ta­tion non com­mer­ciale.
Il sera, a t-on appris, au Fespaco en février pro­chain et visi­tera ensuite d’autres fes­ti­vals inter­na­tio­naux. On en saura davan­tage sur son audience (affaire à suivre). Nous sui­vrons de près le chemin et la car­rière de ce beau film qui a for­te­ment retenu notre atten­tion et qui fera l’objet d’autres notes à trou­ver sur le site Guinée Culture et Clap Noir.

Koné N’Gouamou Fabara

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75