Fespaco : conférence de presse à Paris
Publié le : dimanche 23 janvier 2011
22eme édition du 26 février au 5 mars 2011






Le 14 jan­vier à Paris, dans la grande salle de la ciné­ma­thè­que fran­çaise a eu lieu la confé­rence de presse du Fespaco 2011. L’accent a été essen­tiel­le­ment mis sur le thème de la 22eme édi­tion Cinéma afri­cain et mar­chés. Michel Ouedraogo, délé­gué géné­ral, s’est fixé comme objec­tif l’essor du cinéma afri­cain et une plus grande visi­bi­lité du fes­ti­val au niveau inter­na­tio­nal. A l’heure de la fer­me­ture des salles, de la dif­fi­culté crois­sante des pro­duc­tions et de la quasi inexis­tence de cir­cuits de dis­tri­bu­tion, ce thème est per­ti­nent et les ques­tions ne man­que­ront pas.
« Le choix de la réflexion sur cette pro­blé­ma­ti­que à tra­vers le col­lo­que inter­na­tio­nal tra­duit la volonté du Fespaco de demeu­rer le creu­set qui féconde les éner­gies et les intel­li­gen­ces pour la pro­mo­tion du cinéma afri­cain face aux mul­ti­ples dif­fi­cultés du finan­ce­ment des pro­duc­tions et des dis­tri­bu­tions » déclare le délé­gué géné­ral en rajou­tant « à ce col­lo­que inter­na­tio­nal vien­dront se gref­fer les ren­contres pro­fes­sion­nel­les qui nous per­met­tront d’échan­ger sur le deve­nir du cinéma afri­cain ». Enfin, le délé­gué géné­ral a rap­pelé le fléau du pira­tage en ces termes « Que dire de ce sida cultu­rel qu’est la pira­te­rie qui tue à petits feux nos ciné­mas ».
Un dis­cours qui nous rap­pelle étran­ge­ment celui de l’édi­tion pré­cé­dente avec le projet Vision 21, tou­jours d’actua­lité, visant à mili­ter quo­ti­dien­ne­ment pour la visi­bi­lité des ciné­mas sur le conti­nent. Espérons que ces belles inten­tions ne s’arrê­tent pas qu’au col­lo­que …

La tête sur les épau­les, avec humi­lité, Michel Ouedraogo a reconnu les défaillan­ces dans le pré­cé­dent Fespaco et œuvre pour une orga­ni­sa­tion plus pro­fes­sion­nelle. Une nou­velle feuille de route qui com­mence par la tour­née d’une délé­ga­tion offi­cielle du Fespaco en Belgique et en France à la ren­contre des par­te­nai­res, des pro­fes­sion­nels du cinéma et des jour­na­lis­tes. La grande sur­prise fut l’annonce de la sélec­tion offi­cielle des longs métra­ges en com­pé­ti­tion ainsi qu’un bon dos­sier de presse dis­tri­bué à la fin de la confé­rence. Le calen­drier des ins­crip­tions a été revu, les dead lines avan­cées afin que l’équipe puisse anti­ci­per l’orga­ni­sa­tion.

Pour la 22e édi­tion du Fespaco, deux gran­des nou­veau­tés qui sus­ci­tent l’inté­rêt de la rédac­tion de Clap noir ; Une sélec­tion offi­cielle des films des écoles de cinéma et la créa­tion d’une sec­tion « L’Afrique vue par ».
11 films d’étu­diants repré­sen­tant 4 écoles, l’Afrique du Sud, le Bénin, le Burkina et le Maroc vont concou­rir en com­pé­ti­tion offi­cielle. « Ces films repré­sen­tent une pers­pec­tive inté­res­sante et une vision des jeunes cinéas­tes du conti­nent » déclare Ardiouma Soma. Nous sui­vrons par­ti­cu­liè­re­ment cette sélec­tion des jeunes pous­ses du cinéma de demain.
Pour pren­dre en compte l’inté­rêt gran­dis­sant des cinéas­tes du monde pour l’Afrique, le fes­paco accueille une nou­velle sec­tion « l’Afrique vue par » : une sélec­tion hors com­pé­ti­tion d’une 20aine d’œuvre.

Sur les 475 films enre­gis­trés à la date de clô­ture, 111 films au total pren­nent part à la com­pé­ti­tion offi­cielle et 84 dans les sec­tions paral­lè­les : 18 en fic­tion longs métra­ges - dont 6 films en pre­mière mon­diale -, 13 en court métrage, 22 en com­pé­ti­tion docu­men­taire, 37 en com­pé­ti­tion TV-Vidéo (fic­tion et séries), 10 en com­pé­ti­tion des films de la dia­spora et 11 films en com­pé­ti­tion des écoles.

Parmi les évè­ne­ments excep­tion­nels, un hom­mage sera rendu aux per­son­na­li­tés du 7eme art dis­pa­rues en 2009 et 2010 : Adama Drabo, Samba Felix N’Diaye, Tierno Fati Sow, André Come Ottong, Mahama Johson Traoré, Amadou Bourou, James Campbell-Badiane, Désiré Niamkey Ecaré, Sotigui Kouyaté, Dominique Zéida et Tahar Chériaa.
Enfin, les nuits musi­ca­les du Fespaco sont réi­té­rées ; elles asso­cient danse, musi­que, théâ­tre et conte et donne une allure évè­ne­men­tielle au fes­ti­val.

Parrain de la 22eme édi­tion : Elikia M’Bokolo, his­to­rien, RDC
Présidents des jurys offi­ciels :
Diaspora : Mr John Akomfrah, Ghana
TV/Vidéo : Mr François Woukouache, Cameroun
Documentaires : Moussa Touré, Sénégal
Courts Métrages et Ecoles de cinéma : Mr Newton Aduaka, Nigéria
Longs Métrages : Mr Cham M’Bye, Gambie

Les longs métra­ges en com­pé­ti­tion offi­cielle

1. A small town called decent de Jahmil Qubeka, Afrique de Sud
2. Ad-Dar Lakbira (La grande villa) de Latif Lahlou, Maroc
3. Da Monzon, la conquête de Samanyana de Sidi Diabaté, Mali
4. En atten­dant le vote de Missa Hébié, Burkina Faso
5. Essaha (la place) de Dahmane Ouzid, Algérie
6. Foreign demons de Faith Isiakpere, Afrique de Sud
7. La Mosquée de Daoud Aoulad Syad, Maroc
8. Le mec idéal de Owell Brown, Côte d’Ivoire
9. Sarati, Le poids du ser­ment de Kollo Sanou, Burkina Faso
10. Notre étran­gère de Sarah Bouyain, Burkina Faso
11. Pegase de Mohamed Mouftakir, Maroc
12. Raconte Shéerazade (Femmes du Caire) de Yousry Nasrallah, Egypte
13. Restless city de Dosunmu Andrew Waheed, Nigéria
14. The last fligt of the fla­mingo de Riberiro Joao, Mozambique
15. The wed­ding de Abdel Aziz Sameh, Egypte
16. Un homme qui crie de Mahamat Saley Haroun, Tchad
17. Un pas en avant, les des­sous de la cor­rup­tion de Sylvestre Amoussou, Bénin
18. Voyage à Alger de Abdelkrim Bahloul, Algérie

Benoît Tiprez

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75