Accueil du site > Actualités festivals > Archives festivals > FESPACO - Ouagadougou, 2011 > Impressions à chaud du Pr Elikia M’ Bokolo
Impressions à chaud du Pr Elikia M’ Bokolo
Publié le : mardi 1er mars 2011
Fespaco 2011

Éminent homme d’his­toire, le Pr Elikia M’Bokolo est le par­rain de la pré­sente édition du Fespaco. Durant le fes­ti­val, Elikia s’est donné pour mis­sion de visi­ter la tota­lité des lieux où se dérou­lent les acti­vi­tés. Nous l’avons ren­contré à l’ISIS, lieu où se déroule la fenê­tre ouverte sur les écoles de cinéma. En tant qu’ensei­gnant, Elikia a bien voulu savoir com­ment se dérou­lent les master-clas­ses et la pro­jec­tion des films des écoles. Nous avons pro­fité de sa pré­sence dans ces lieux pour lui deman­der son avis sur la pré­sente édition du Fespaco.



Pr, vos pre­miè­res impres­sions après trois jours de fes­ti­val

Le fes­ti­val va bien comme d’habi­tude. C’est un foi­son­ne­ment de choses à voir et à faire en même temps. J’essaye de voir les films qui sont en com­pé­ti­tion et je vais tâcher de voir les docu­men­tai­res.

Je vais aussi par­ti­ci­per aux dif­fé­rents débats, car, les cinéas­tes ont beau­coup de ques­tions à poser notam­ment sur les points rela­tifs au finan­ce­ment des films, la ques­tion des mar­chés, la ques­tion des salles de cinéma qui se fer­ment, même si, à contra­rio, il y a des ciné­clubs qui s’ouvrent. Convenez avec moi qu’un ciné­club n’est pas comme une salle obs­cure. La salle de cinéma, c’est un public qui paye et ce sont des ren­trées d’argent. C’est comme cela que ça marche dans les pays déve­lop­pés.

J’échange beau­coup avec les fes­ti­va­liers et les pro­fes­sion­nels, il y a des idées qui émergent notam­ment celle d’asso­cier des salles de cinéma à des ensem­bles cultu­rels par exem­ple où l’on peut y trou­ver des res­tau­rants, des super­mar­chés, des biblio­thè­ques, des cyber­ca­fés.

Les par­ti­ci­pants du Sud comme du Nord sont nom­breux à par­ti­ci­per à ce fes­ti­val. Cela montre que ce que nous fai­sons est sérieux. C’est vrai­ment fan­tas­ti­que.

Quel est votre regard d’his­to­rien sur les thèmes déve­lop­pés dans les films ?

Je trouve que les cinéas­tes sont vrai­ment très cou­ra­geux, car, dans les films que j’ai vu, ils pren­nent des hommes et des femmes ordi­nai­res et ils cons­trui­sent les films à partir ce que vivent ces hommes et ces femmes. Le fait de partir des gens sim­ples montre que ce ne sont plus des héros, ce sont des gens comme vous et moi. Je trouve que cela fait la par­ti­cu­la­rité des films réa­li­sés en Afrique.

Rappelons que le Pr Elikia M’Bokolo est l’un des auteurs d’une série docu­men­taire com­po­sée de quatre épisodes appe­lée Afrique (S), une his­toire du 20e siècle.

Candide Étienne

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75