Prix spéciaux du Fespaco 2011
Publié le : samedi 5 mars 2011
Elhadj Sani Magori illustre le « come back » du Niger

Le jeune réalisateur nigérien, Elhadj Sani Magori a remporté, lors de la cérémonie des prix spéciaux de la 22ème édition du Fespaco, le Prix de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) dans la catégorie TV-Vidéo. Il s’agit de l’un des trois prix décernés par cette institution aux meilleures réalisations de l’espace UEMOA qui contribuent à la croissance économique et à la dynamique culturelle et politique de la sous-région. Le prix reçu par Elhadj Sani Magori est de 3 millions de FCFA pour son documentaire « Koukan Kurcia ».



« Kukan Kurcia » ou le cri de la tour­te­relle en Haoussa est un docu­men­taire qui va à la ren­contre des Nigériens pous­sés à l’exode par les chants de la can­ta­trice Zabia Hussey, qui exhor­tait au tra­vail et la recher­che du bien-être dans la région de Tahoua au Niger.

Le réa­li­sa­teur, lui-même, fils d’un de ses exo­dants nigé­riens en Côte d’Ivoire, va convain­cre la can­ta­trice de l’aider à faire reve­nir ceux qui étaient restés loin des leurs. Zabia accepte et la voilà partie avec Elhadj Sani Magori. Zabia, celle qui a incité au départ, cette-fois ci, va « retour­ner » sa chan­son afin de deman­der à ceux qui sont partis, de ren­trer au pays. Le tour­nage de ce film, copro­duit par Maggia Images du Niger et la SMAC pro­duc­tion, s’est déroulé entre Février et Mars 2010 au Ghana, Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Niger.

En ce qui concerne le réa­li­sa­teur, Elhadj Sani Magori est né en 1971 à Galmi dans la région de Tahoua. Il a obtenu son Bac D en 1994 et a béné­fi­cié d’une bourse en Algérie où il suivit des cours en Agronomie saha­rienne.

En 2001, il est affecté au dépar­te­ment des Cultures Irriguées à l’INRAN en tant qu’appelé du Service Civique National. C’est le pas­sage dans cette ins­ti­tu­tion qui lui a permis de s’inté­res­ser au 7ème art car dit-il, là-bas, on pré­fère plus mon­trer les images aux pro­duc­teurs pour leur expli­quer par exem­ple com­ment mélan­ger les pro­duits phy­to­sa­ni­tai­res ou com­ment faire les mani­pu­la­tions pra­ti­ques, et filmer les réu­nions avec les pro­duc­teurs agri­co­les.

En 2007, il retourne sur les bancs de l’école à l’Université Gaston Berger de Saint Louis du Sénégal d’où il sort avec un diplôme de Master II en ’’réa­li­sa­tion cinéma docu­men­taire de créa­tion’’. En 2008, il achève un Master 2 en réa­li­sa­tion docu­men­taire de créa­tion à l’Université Gaston Berger de Saint Louis (Sénégal), avant de se lancer dans la réa­li­sa­tion.

’’Notre pain capi­tal’’ est son pre­mier film docu­men­taire. Il dure 13 mn et a été réa­lisé en juillet 2008 en wolof (une langue du Sénégal), mais sous-titré en fran­çais. Le film a été réa­lisé dans le cadre d’un ate­lier conjoin­te­ment enca­dré par Ardèche Images (Africadoc), l’Université Stendhal de Grenoble et Gaston Berger.

Son deuxième docu­men­taire, un 52 minu­tes trai­tant d’un mariage en lien étroit avec la récolte et la vente du Violet de Galmi (l’oignon nigé­rien), inti­tulé "Pour le meilleur et pour l’oignon", s’est vu attri­bué le Prix Jean Rouch au Forum afri­cain du film docu­men­taire de Niamey en 2008.

Candide Étienne

Lire aussi : Le voyage à l’envers

  • Le 5 mars 2011 à 17:34

    Oh ca c’est super !!! Toutes mes felicitations Elhadj Magori. Le Niger est fier de vous !!!

  • Le 6 mars 2011 à 18:11, par Héphaïtos

    06-03-11

    Toutes mes félicitations pour notre jeune Réalisateur Nigérien
    qui fait notre fierté et qui prend la relève.
    Je souhaite beaucoup de chance aux nouveaux venus pour une
    carrière qui n’est toujours pas facile à embrasser.

    moussaseinimaiga@yahoo.fr

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75