Code Phénix
Boubakar Diallo
Publié le : 2006

Un film de Boubakar Diallo. Burkina Faso, 90’, Vidéo numé­ri­que HD






SYNOPSIS

Un Etat afri­cain sur les rails de l’expé­rience démo­cra­ti­que.
Félix O’, pré­si­dent de l’Observatoire natio­nal des Libertés, anime une série de confé­ren­ces à tra­vers le pays sur les déri­ves de la démo­cra­tie et les attein­tes aux droits de l’homme en Afrique.

Dès le len­de­main Omar Dembélé est informé, en sa qua­lité de pro­cu­reur de la République, que Félix O’ a été vic­time d’un "acci­dent" de la route, hors de la ville. Il se rend immé­dia­te­ment sur les lieux et cons­tate les dégâts. Deux corps méconnais­sa­bles dont celui de Félix sont dans une voi­ture cal­ci­née. Des impacts de balles sont visi­bles sur la car­ros­se­rie. La nou­velle de l’atten­tat fait rapi­de­ment le tour du pays. Dans la capi­tale, un jeune est assas­siné. C’est l’émeute.

Le pré­si­dent de la République reste invi­si­ble. C’est le Premier minis­tre qui monte au cré­neau pour appe­ler au calme. Dans la nuit, des blin­dés font leur appa­ri­tion dans les artè­res de la capi­tale. L’armée des­ti­tue le pré­si­dent élu et s’empare du pou­voir pour "res­tau­rer la paix". Le Premier minis­tre est arrêté et incar­céré dans une petite ville, à l’inté­rieur du pays.

Reclus dans son vil­lage natal depuis six mois, le pré­si­dent déchu occupe ses jour­nées à fumer des ciga­res à ses ini­tia­les, igno­rant tout du putsch dont il est vic­time car son entou­rage s’évertue à le lui cacher. La junte, diri­gée par le géné­ral Mamadou Karanga, pré­si­dent du Comité mili­taire de salut natio­nal, règne de façon bru­tale sur le pays.

Seul contre tous, le pro­cu­reur Dembélé va tenter, avec une poi­gnée de fidè­les léga­lis­tes et sans armes, de contre­car­rer le plan machia­vé­li­que de la junte.

LE REALISATEUR

Boubacar Diallo est grand ama­teur de polar. Burkinabé de 42 ans, il a com­mencé avec le polar par l’écriture. Après deux romans, il a écrit et réa­lisé le pre­mier film poli­cier du Burkina Faso : traque à Ouaga. C’est l’his­toire d’un poli­cier qui est mort lors d’une opé­ra­tion, tué par un mal­frat. Une enquête est ouverte et c’est l’ins­pec­teur Solo qui est mis sur le coup.

Sa fil­mo­gra­phie
UN PRIVÉ A OUAGA, 2003, 26 mn, dif­fusé TV5 et CFI.
SUR LES TRACES DES TAPEURS DE SABLE, 2003, 40 mn, dif­fu­sion Télévision natio­nale du Burkina, Canal 3 et CFI.
PARENTHÈSE A PLAISANTERIE (la parenté à plai­san­te­rie au Burkina Faso), 2005, 40 mn, dif­fu­sion Télévision natio­nale du Burkina, Canal 3 et SMTV.
UNE LONGUE TRAVERSÉE [2003] Durée : 40’, Dvcam - Couleur, Diffusion : TNB et CFI.
SOFIA, Long métrage, fic­tion, 2004
TRAQUE A OUAGA , Long métrage, fic­tion, 2005.
DOSSIER BRULANT , Long métrage, fic­tion, 2005.

Les films de Boubakar Diallo :
Les autres films
1
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75