Accueil du site > Actualités festivals > La 23ème édition promet d’être belle
La 23ème édition promet d’être belle
Publié le : dimanche 24 février 2013

Et clap ! Les projecteurs ont été allumés tout à l’heure sur la 23ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO). Le clap d’envoi de cette édition dont le thème est « Cinéma africain et politiques publiques en Afrique », a été donné par le Premier ministre burkinabè, Beyon Luc-Adolphe Tiao. Il était entouré pour la circonstance de la première dame du Faso, Mme Chantal Compaoré, marraine du festival, de la première dame du Gabon dont le pays est retenu invité d’honneur de cette édition.

Cette année, l’invi­tée d’hon­neur du Fespaco est Salimata Salembere. Comme à l’accou­tu­mée, le stade du 4 août de Ouagadougou s’est prêté au rituel de l’ouver­ture offi­cielle du Fespaco. Il est à sa 23ème édition. Le FESPACO, comme l’a si bien sou­li­gné le Ministre de la Culture et du Tourisme, M. Baba Hama res­tera tou­jours à l’avant-garde lorsqu’il est ques­tion de défen­dre et de pro­mou­voir l’iden­tité afri­caine. Il est ce foyer pro­mo­tion­nel a-t-il sou­tenu, incan­des­cent qui porte avec noblesse les ciné­mas d’Afrique.

Selon ses propos, à cette 23ème édition du FESPACO, l’heure sera à la réflexion afin de donner aux ciné­ma­to­gra­phies afri­cai­nes tous les espa­ces qu’elles reven­di­quent en toute légi­ti­mité. « Le thème du col­lo­que inter­na­tio­nal « Cinéma afri­cain et poli­ti­ques publi­ques en Afrique » vient donc à point, pour favo­ri­ser des échanges cultu­rels féconds sur l’évaluation des ciné­ma­to­gra­phies afri­cai­nes ces cin­quante der­niè­res années et enga­ger les déci­deurs afri­cains, les par­te­nai­res et les prin­ci­paux acteurs du cinéma vers des pistes nou­vel­les et inno­van­tes afin de déga­ger des poli­ti­ques publi­ques à même de pro­pul­ser l’indus­trie ciné­ma­to­gra­phi­que en Afrique » a-t-il dit.

JPEG - 52.3 ko
Cérémonie d’ouverture
Les derviches tourneurs afro

Évoquant le cru de cette édition, M. Baba Hama estime que la qua­lité de la sélec­tion de la 23ème édition du FESPACO, tant dans sa diver­sité que dans sa repré­sen­ta­ti­vité, est la preuve de la vita­lité des ciné­ma­to­gra­phies afri­cai­nes. « Elles ne deman­dent que leur prise en compte de manière dura­ble et effi­cace pour assu­rer leur déve­lop­pe­ment. Promoteurs de valeurs cultu­rel­les et aussi créa­teurs de riches­ses, les ciné­mas afri­cains sont ren­trés dans l’his­toire et n’ont plus besoin que de nos publics pour qu’ils se les appro­prient » a sou­tenu, celui qui, autre­fois avait dirigé ce fes­ti­val.

Pour le maire de Ouagadougou, M. Simon Compaoré, le FESPACO est certes un grand rendez-vous du cinéma afri­cain, mais aussi, celui de l’amitié et de la fra­ter­nité vécue. Celui qui, à la fin de son der­nier mandat aura servi durant dix sept 17 ans la ville de Ouagadougou et le cinéma afri­cain, a saisi l’occa­sion pour remer­cier les uns et les autres pour leurs encou­ra­ge­ments et leurs contri­bu­tions par le cinéma à la conso­li­da­tion de l’image de la capi­tale du cinéma afri­cain. « Désormais, le monu­ment des cinéas­tes, qui a donné nais­sance à la place des cinéas­tes, en pas­sant à l’Avenue Ousmane Sembène, et tout der­niè­re­ment la colonne des Etalons,…sont des mar­ques indé­lé­bi­les qui font de notre ville le temple du cinéma afri­cain » a-t-il dit.

JPEG - 56.9 ko
Cérémonie d’ouverture
L’artiste nigérian Flavour

Le spec­ta­cle d’ouver­ture de cette céré­mo­nie est inti­tulé « Wakatt ». Il signi­fie le temps en langue natio­nale Mooré. Ce spec­ta­cle débute avec l’entrée des der­vi­ches tour­neurs. Des dan­seurs coif­fés de per­ru­ques afro à l’ancienne avec des vête­ments qui rap­pel­lent les années 70 enta­ment une cho­ré­gra­phie qui leur permet d’occu­per tout l’espace de la pelouse. Il se des­sine en quatre tableaux que sont la danse contem­po­raine, la danse Gourounsi, la danse Warba du ter­roir et enfin la danse salsa en signe d’ouver­ture vers les cultu­res du monde.
« Wakatt » a été monté sous la direc­tion artis­ti­que de Seydou Boro. Les pres­ta­tions des artis­tes tels que Greg ou encore Flavour du Nigéria ont donné du tempo à la céré­mo­nie.

Candide Etienne

Laisser un commentaire

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75