Accueil du site > Actualités festivals > Elle dessine le Fespaco
Elle dessine le Fespaco
Publié le : jeudi 28 février 2013

Léah Touitou est une jeune illus­tra­trice artiste fran­çaise. Dans le cadre de son projet Caravanes d’Images, elle fait le dépla­ce­ment dans un cer­tain nombre de pays afri­cains. Caravane d’Images est un projet de voya­ges iti­né­rants qui part du Sénégal au Cameroun et qui va durer une année. Le but du projet est de mener des ren­contres artis­ti­ques et cultu­rel­les et de réa­li­ser des car­nets de voya­ges.

Cette année, Léah pro­fite de sa pré­sence à Ouagadougou pour faire des des­sins de la bien­nale. « Durant le fes­ti­val, je fais un carnet de voyage dont les images sont expo­sés au siège du Fespaco et à l’Institut Français. Mes images sont ensuite publiées sur inter­net à tra­vers le site web de Clap Noir et celui du Fespaco » nous dit-elle. Léah a eu l’idée du carnet de voyage parce que les deux choses qu’elle pré­fère, c’est des­si­ner et voya­ger. « Le carnet de voyage, c’est une manière pour moi de mélan­ger les deux. Dessiner pour moi, c’est une façon de raconter aux gens com­ment je vois les choses, com­ment je les vis. Je vis plein de choses, je ren­contre plein de per­son­nes, et le dessin m’offre l’occa­sion de raconter toutes ces choses ».

Léah est à son pre­mier Fespaco. C’est l’occa­sion pour elle de voir plein de films afri­cains, de ren­contrer des réa­li­sa­teurs, de leurs parler, de les des­si­ner. « Les ciné­mas d’Afrique, c’est une belle chose. Je suis tou­jours sur­pris et ému de voir les films. Je me rends compte qu’il y a tel­le­ment de choses à décou­vrir. Dans les films que j’ai vus, il y a de belles inten­tions ».
Parlant de l’ambiance du fes­ti­val, Léah trouve chouette le fait qu’au Fespaco, il y a des gens venus de divers hori­zons. Des Africains, des Européens, des Américains. « C’est un fes­ti­val qui ras­sem­ble énormément. C’est un fes­ti­val vivant, et dans les salles, les gens vivent les films, par­lent, encou­ra­gent les acteurs, rient, ils s’énervent. Pour moi des­si­na­trice, ce sont des moments que j’aime saisir. Ici, le cinéma est plus proche de son ori­gine, c’est-à-dire raconter des his­toi­res et rap­pro­cher les gens. Je me régale, et j’ai beau­coup d’échanges à la sortie avec les gens. Je trouve que c’est un cinéma vivant ».
Bon vent à Léah dans son projet de raconter les ciné­mas d’Afrique.

Achille Kouawo

Laisser un commentaire

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75