Accueil du site > Fiches des Films > Sia, le rêve du python
Sia, le rêve du python
Dani Kouyate
Publié le : lundi 2 mars 2020

Un film de Dani Kouyaté /Burkina Faso/France, 2001, 96’

• Bayard d’Or du meilleur scé­na­rio au Festival inter­na­tio­nal du film fran­co­phone de Namur en Belgique, 2001
• Plusieurs prix au Festival pana­fri­cain du cinéma et de la télé­vi­sion de Ouagadougou (FESPACO) au Burkina Faso, 2001
• Grand Prix du long métrage au Festival « Vues d’Afrique » de Montréal, au Canada, 2001
• Prix du public au 11e fes­ti­val inter­na­tio­nal du film d’Innsbruck, en Autriche, 2001
• Prix de la réa­li­sa­tion au Festival du film afri­cain de Khouribga, au Maroc, 2001

SYNOPSIS

Pour sauver Koumbi , la capi­tale du royaume du Wagadu en déclin et en proie à la misère , les prê­tres ont décidé de livrer la jeune vierge Sia en sacri­fice au Dieu Python. Malgré sa fuite pour trou­ver refuge dans la hutte de Kerfa le fou , elle est enle­vée par l’armée et remise aux prê­tres , qui lui font perdre sa vir­gi­nité . Son fiancé Mamadi de retour du front s’inter­pose et empê­che l’exé­cu­tion du sacri­fice rituel. Devenu empe­reur à son tour, il com­pose avec la super­che­rie et la mani­pu­la­tion pour le pou­voir. Sia refuse de s’y asso­cier et arpente les routes en quête de paix et de jus­tice .

Critique
Le film est une adap­ta­tion ciné­ma­to­gra­phi­que de la légende du Wagadu, mythe Soninké du 7e siècle. Inspiré de la pièce de théâ­tre « La légende du Wagadu vue par Sia Yatabéré » de l´auteur mau­ri­ta­nien Moussa Diagana, le film est une appro­che poli­ti­que uni­ver­selle et contem­po­raine du mythe, une réflexion sur l’uti­li­sa­tion du mys­tère par le pou­voir. Sur des allu­res de pièces Shakespeariennes, servi par la beauté des images, Dani Kouyaté nous dépeint avec brio un conte où se mêlent l’humour, le rêve et la folie des hommes.

LE REALISATEUR

Né en 1961 dans une famille de griot à Bobo Dioulasso. Il obtient une licence de créa­tion ciné­ma­to­gra­phi­que à l’ins­ti­tut Africain d’Etudes Cinématographiques de Ouagadougou. Après l’obten­tion d’un DEA à la Sorbonne et diplômé de l’Ecole Internationale d’Anthropologie de Paris, il signe son 1er court métrage en 1989 "Bilakoro" qu’il coréa­lise avec Issa Traoré de Brahima et Sékou Traoré. Suivent "Tobbere Kossam" en 1991 et "Les Larmes Sacrées du Crocodile", en 1992. Il signe son 1er long métrage en 1995 "Keïta ! l’héri­tage du griot". En 1998, il dirige pour la TNB la réa­li­sa­tion de plu­sieurs épisodes de la série "À nous la vie".
Son 2eme long métrage "Sia, le rêve du python" en 2001 rem­porta de nom­breux prix dans de nom­breux fes­ti­vals. Il a également réa­lisé des mises en scènes théâ­tra­les où il était conteur, musi­cien, comé­dien dans la troupe « La voix du griot », avec laquelle il a fait le tour de plu­sieurs fes­ti­vals. Son der­nier long métrage "Tant qu’on vit" a été sélec­tionné au Fespaco 2019.

FICHE TECHNIQUE

  • Réalisation / scénario : Dani Kouyaté
  • Avec : Fatoumata Diawara, Sotigui Kouyaté, Kardigué Laïco Traoré, Mariétou Kouyaté, Hamadoun Kassogué, Ibrahim Baba Cissé, Habib Dembélé…
  • Image  : Robert Millié
  • Ingénieur son : Pierre Lorrain
  • Montage : Zoé Durouchoux
  • Production : Les Productions de la Lanterne, Sahélis Productions
  • Distributeur : Dani Kouyate www.dani-kouyate.com/fr/

Crédit Photo : © Christophe Dupuy et Didier Bergounhoux.

Les films de Dani Kouyaté :
Les autres films
<
6
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75