Palmarès des Prix Spéciaux
Publié le : lundi 7 mars 2011
Fespaco 2011



En ouver­ture de la céré­mo­nie du 4 mars 2011, le pro­fes­seur Elikia M’Bokolo, par­rain de la 22e édition du Fespaco et Monsieur Francis Kéré Diébédo, archi­tecte, ont été nommés Chevaliers de l’Ordre du Mérite des Arts, des Lettres et de la Communication du Burkina Faso. Le réa­li­sa­teur congo­lais Dieudonné Mweze Ngangura devait lui aussi rece­voir cette dis­tinc­tion mais, absent de la céré­mo­nie, il se verra remet­tre l’insi­gne des mains du Ministre de la Francophonie.


Lors de son dis­cours d’intro­duc­tion, Monsieur Michel Ouédraogo, Délégué Général du Fespaco, a tenu à pré­ci­ser que les prix spé­ciaux sont une com­po­sante impor­tante du fes­ti­val. En effet, ce ne sont pas moins de 55 mil­lions de FCFA qui ont été remis aux cinéas­tes à tra­vers les dif­fé­rents prix spé­ciaux.

Le Prix de l’Association Catholique Mondiale pour la com­mu­ni­ca­tion (Signis) a été décerné au film Voyage à Alger de Abdelkrim Bahloul (Alger) pour ses valeurs humai­nes posi­ti­ves pou­vant être lues à la lumière du mes­sage de l’Évangile (valeur 2 mil­lions de FCFA). Une men­tion spé­ciale a aussi été décer­née à Ithemba de Webber Errol (Jamaïque).

Le Prix des Systèmes des Nations Unies a été remis à Essaha (La place) de Dahmane Ouzid (Algérie) avec la somme de 5 mil­lions de FCFA pour sa prise en compte des stra­té­gies et ini­tia­ti­ves de lutte contre la pau­vreté arti­cu­lée autour des objec­tifs du mil­lé­naire pour le déve­lop­pe­ment.

Le Prix de la Banque Mondiale a attri­bué au court-métrage Bénéré de Serge Armel Sawadogo (Burkina Faso) la somme de 3 mil­lions de FCFA pour sa repré­sen­ta­tion de l’emploi des jeunes et toutes les stra­té­gies autour de cette pro­blé­ma­ti­que.

Le Prix de l’Unicef pour les droits de l’enfant a été décerné au long-métrage Voyage à Alger de Abdelkrim Bahloul (Alger) pour sa forte contri­bu­tion à créer un envi­ron­ne­ment pro­tec­teur pour l’enfant (valeur 2 mil­lions de FCFA).

Le Prix de l’Institut National des Langues et des Civilisations Orientales (INALCO) a honoré le long-métrage Notre étrangère de Sarah Bouyain (Burkina Faso) avec une caméra numé­ri­que HD d’une valeur de 3 mil­lions de FCFA pour ses qua­li­tés tech­ni­ques et artis­ti­ques qui per­met­tent une meilleure connais­sance des cultu­res et des enjeux de l’Afrique. Une men­tion spé­ciale a été décer­née à Un trans­port en commun de Dyana Gaye (Sénégal).

Le Prix du Ministère de la pro­mo­tion des droits humains (MPDH) a remis 2 mil­lions de FCFA à Eddy Munyamuneza pour son film Histoire de haine man­quée (Burundi) pour sa contri­bu­tion à la pro­mo­tion des droits humains et à l’enra­ci­ne­ment de la paix et de la tolé­rance. Une men­tion spé­ciale a été remise à Inoussa Kaboré pour son film Le linge sale (Burkina Faso).

Le Prix du Théâtre Wamde et de l’Alliance Francophone a lui aussi attri­bué 2 mil­lions de FCFA au film Le linge sale d’Inoussa Kaboré (Burkina Faso) qui a su trai­ter de façon per­ti­nente le thème de l’enfance, en sen­si­bi­li­sant l’opi­nion publi­que sur les condi­tions des enfants, notam­ment ceux en dif­fi­cultés ou aban­donné.

Le Prix de Plan Burkina Faso d’un mon­tant de 2 mil­lions de FCFA est revenu au court-métrage Bénéré de Serge Armel Sawadogo (Burkina Faso) pour sont trai­te­ment de la pro­mo­tion des droits de l’enfant.

Le Prix inte­ra­fri­cain de la pré­ven­tion des ris­ques pro­fes­sion­nels, d’un mon­tant de 2 mil­lions de FCFA, est décerné au film Lobolo (The Dowry) de Mathison Michele (Afrique du Sud) pour son trai­te­ment d’un pro­blème de santé et de sécu­rité de l’homme au tra­vail.

Le Prix de la Fédération Internationale de la Presse Cinématographique (FIPRESCI) et de la Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC) n’a pas été décerné car la pré­sence des jurés à Ouagadougou « n’a pu être ni assu­rée, ni garan­tie, ceci plus ou moins pour des rai­sons d’orga­ni­sa­tion » comme l’a annoncé Klaus Eder, secré­taire géné­ral de la Fipresci, dans le Bulletin de la FACC.

Le Prix d’Ecobank Foundation a récom­pensé le film Un homme qui crie de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad) avec la somme de de 2 mil­lions de FCFA pour son incar­na­tion des valeurs défen­dues par Sembène Ousmane durant sa vie (dignité, hon­neur, droits de l’homme) et sa repré­sen­ta­tion posi­tive de l’Afrique.

Le Prix de la CEDEAO a décerné 5 mil­lions de FCFA à Mak Kusare pour son film Champions of our time (Nigeria) pour la créa­ti­vité des citoyens de la com­mu­nauté, leur capa­cité d’inno­va­tion, d’adap­ta­tion ou d’amé­lio­ra­tion de leurs condi­tions d’exis­tence en vue de pro­mou­voir un déve­lop­pe­ment dura­ble.

Le Prix de la Loterie Nationale du Burkina (LONAB) a attri­bué 2 mil­lions de FCFA au film La méta­phore du manioc de Lionel Meta (Cameroun) pour le trai­te­ment, les qua­li­tés tech­ni­ques et esthé­ti­ques lais­sent entre­voir le talent et le génie créa­teur de son auteur.

Le Prix de la Commune de Ouagadougou a récom­pensé avec 2 mil­lions de FCFA L’eau va à la rivière d’Ed Adamo Kiangebeni (Angola/RDC) pour son trai­te­ment des thèmes englo­bant le déve­lop­pe­ment économique et socio­cultu­rel des villes, les grands fléaux urbains, le rôle de la ville dans la recher­che de la paix, les rap­ports d’amitié et de soli­da­rité entre les peu­ples.

Le Prix du Conseil Général de la Vienne a primé le jeune réa­li­sa­teur Adama Salle de l’ESAV de Marrakech et son film L’or blanc pour ses qua­li­tés par­ti­cu­liè­res d’inno­va­tion. Le Conseil Général pren­dra en charge son séjour et celui de son acteur prin­ci­pal pour par­ti­ci­per au fes­ti­val Ciné-Africa de Poitiers en 2012.

Le Prix de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a primé avec 2 300 000 FCFA le talent émergent du jeune réa­li­sa­teur fran­co­phone Lionel Meta (Cameroun) pour son court-métrage La méta­phore du manioc qui fait preuve d’une grande créa­ti­vité et qui émerge dans la relève du cinéma.

Les Prix de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ont été décer­nés aux meilleu­res réa­li­sa­tions de l’espace UEMOA qui contri­buent à la crois­sance économique et à la dyna­mi­que cultu­relle et poli­ti­que de la sous-région :
- Prix TV-Vidéo : 3 mil­lions de FCFA pour Elhadj Sani Magori et son docu­men­taire Koukan Kurcia (Niger)
- Prix de l’inté­gra­tion court-métrage : 3 mil­lions de FCFA pour Un trans­port en commun de Dyana Gaye (Sénégal)
- Prix long-métrage : 5 mil­lions de FCFA pour Da Manzon, la conquête de Samanyana de Sidy Diabaté (Mali)

Enfin, le Prix du Conseil Supérieur de la Communication a récom­pensé le docu­men­taire Paris mon Paradis d’Éléonore Yaméogo (Burkina Faso) avec 2 mil­lions de FCFA pour son esthé­ti­que et son mes­sage reconnu de qua­lité.

Claire Diao

Également…
3

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75