Zoom sur le cinéma ambulant
Publié le : jeudi 14 avril 2005
Fespaco 2005







Les popu­la­tions rive­rai­nes de Ouagadougou ont aussi droit à leur Fespaco. Cela est pos­si­ble grâce au cinéma numé­ri­que ambu­lant, le CNA.

Par la magie du numé­ri­que, le CNA permet à ces popu­la­tions de voir des films qui leur auraient été inac­ces­si­bles si l’on devait se limi­ter au Fespaco offi­ciel. Cette ini­tia­tive est appré­ciée par la popu­la­tion qui sort en grand nombre à chaque pas­sage.

Noaga est un habi­tant du quar­tier de Somgandé. A 18 heures, après le tra­vail, il prend rapi­de­ment une douche et se dirige vers l’école pri­maire de son quar­tier. Il retrouve l’équipe du CNA qui était en fin d’ins­tal­la­tion. A 19h, ils étaient des cen­tai­nes comme Noaga, à faire le dépla­ce­ment. Programme du jour : Un comi­que amé­ri­cain muet, le truc de Konaté de Fanta Regina et Gito l’ingrat.

Rire, applau­dis­se­ment et com­men­taire lors des dif­fé­ren­tes pro­jec­tions. Certains pre­naient faits et causes pour les per­son­nes vic­ti­mes d’injus­tice et criaient le châ­ti­ment qui devait être réservé au cou­pa­ble.

A la fin de la pro­jec­tion, nous avons demandé à Noaga ses impres­sions. « Ce sont des ini­tia­ti­ves à encou­ra­ger car ils per­met­tent de vivre dans l’ambiance. J’ai bien aimé les films pro­po­sés et je sou­haite qu’ils revien­nent plus sou­vent ».

Rappelons que le cinéma numé­ri­que ambu­lant est une asso­cia­tion qui, au Bénin, au Mali et au Niger, dif­fuse dans les contrées et les vil­la­ges, des films afri­cains de fic­tion et de sen­si­bi­li­sa­tion. A l’occa­sion de la 19ème édition du Fespaco, les trois équipes se sont retrou­vées à Ouaga pour faire pro­fi­ter de l’exper­tise qu’ils ont, dans ce domaine, aux popu­la­tions rive­rai­nes.

Souleymane S. Mao
2 mars 2005

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75