Accueil du site > Fiches des Films > Delwende (Lève-toi et marche)
Delwende (Lève-toi et marche)
S. Pierre Yaméogo
Publié le : 2004

Un film de S. Pierre Yaméogo Burkina Faso - France - Suisse, 2004, 90 mns

SYNOPSIS

Au cours des danses sacrées, la jeune Pougbila attise le désir des hommes et la jalou­sie des femmes. Elle sera violée par son père, le vieux Diarrha, puis vendue à un homme du vil­lage voisin.
La mort inex­pli­quée de plu­sieurs enfants plonge le vil­lage dans la stu­peur. Les anciens déci­dent de faire appel au rite du Songho pour trou­ver le cou­pa­ble. Il fait condam­ner Napoko, l’épouse de Diarrha, dési­gné par le Songho. Elle entame une longue errance…

A PROPOS DU FILM

Au Burkina Faso, les cou­tu­mes ances­tra­les font sou­vent force de loi, dans un état confronté à la misère et au poids des tra­di­tions. Dans les cam­pa­gnes, en effet cer­tai­nes morts inex­pli­quées sont attri­buées à des man­geu­ses d’âmes, c’est-à-dire des femmes qui en raison de leurs pou­voirs occultes et malé­fi­ques sont selon les vil­la­geois res­pon­sa­bles de ces dis­pa­ri­tions. Ces femmes sont alors mar­gi­na­li­sées et devien­nent les boucs émissaires de toute une société.

LE REALISATEUR

S. Pierre Yameogo est né en 1955 à Koudougou (Burkina Faso). Après un stage de mon­tage à la Radio-Télévision du Burkina Faso à Ouagadougou, il pour­suit ses études au Conservatoire libre du cinéma fran­çais à Paris, et obtient en 1987 une maî­trise en com­mu­ni­ca­tion à l’Université de Paris VIII. Il signe son 1er court métrage « L’oeuf sil­houette » en 1984 et son pre­mier long métrage « Dunia » en 1987. "Laafi", a été sélec­tionné en 1991 au Festival de Cannes, dans le cadre de la Semaine de la Critique. Suit « Wendemi » en 1992, primé au Fespaco 1993 et sélec­tionné à Cannes dans la sec­tion “Un cer­tain regard”. Il réa­li­sera par la suite « Silmande » (Tourbillon) en 1998, le docu­men­taire « Akwaaba » en 2002, « Moi et mon blanc » qui reçu le Prix du public au Fespaco 2003. « Delwende » est sélec­tionné dans la caté­go­rie « un cer­tain regard » à Cannes 2005.

CRITIQUE

Un ter­rain cher à Pierre Yaméogo : une pein­ture pig­men­tée des pra­ti­ques, rites et cou­tu­mes ani­mant la société moderne afri­caine. L’his­toire se déroule dans un vil­lage ou d’étranges phé­no­mè­nes font mourir les enfants subi­te­ment. Les anciens font appel au rite du Songho qui sanc­tionne une vic­time arbi­trai­re­ment dési­gnée.

Dans un style léger, avec des poin­tes d’humour, le réa­li­sa­teur dénonce ces croyan­ces absur­des, encore très ancrées. Evitant de tomber dans une dra­ma­tur­gie indi­geste, la force de ce film tient à la pro­fon­deur de la réflexion, trans­cendé par la per­for­mance des actri­ces. La jus­tesse de leur inter­pré­ta­tion reflète leur impli­ca­tion per­son­nelle. Nous sommes rapi­de­ment au cœur du sujet et mêlé au destin de Napoko. Une his­toire cruelle et très actuelle, reflet d’une société noyée dans ses croyan­ces que seuls les hommes tour­nent à leur avan­tage. Un Yaméogo juste et per­ti­nent qui, par ce film, contri­bue à les sou­te­nir et à les encou­ra­ger à se défen­dre.

Benoît Tiprez

FICHE TECHNIQUE
Réalisation, scé­na­rio : S. Pierre Yaméogo
Avec : Blandine Yameogo, Claire Ilboudo, Daniel Kabore, Célestin Zongo, Thomas Gourma, Jules Taonssa
Chef Opérateur : Jürg Hassler
2eme Caméra : Marc de Backer
Montage : Jean-Christophe Ané
Musique : Wasis Diop
Ingénieur du Son : Issa Traore
Mixage : Jean-Marc Schick
Directeur Artistique : Chef Joseph Kpobly
Conseiller Artistique : Pierre Rouamba
Directeur de Production :Serge Bayala
Producteur asso­cié : Pierre-Alain Meier
Producteur délé­gué : S. Pierre Yameogo
Format : 35 mm cou­leurs, 1.85, Son : DTS
Contact : Dunia Production
E-mail : dunias­te@­club-inter­net.fr

Les films de S. Pierre Yameogo :
Les autres films
4
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75